ambroisie
DR

L’ambroisie, cette plante qui vous veut du mal

Les yeux qui pleurent le nez qui coule, mal à la gorge… la sensation d’un gros rhume en plein mois d’août. Et si vous étiez allergique à l’ambroisie ?

Chaque printemps, c’est le même rituel pour beaucoup : avec les t-shirts et les shorts, il faut ressortir les mouchoirs et les antihistaminiques. Un français sur cinq est allergique aux pollens. Pour pourrir la vie, les plantes savent s’organiser. Quand les pollens d’arbres prennent au nez en avril et mai et que le rhume des foins apparaît en mai et juin, ce sont les pollens d’ambroisie qui déclenchent des crises d’asthme en plein été, avant que les pollens des mauvaises herbes ne vous achèvent en automne. En tête donc des coupables qui vous font passer la journée la goutte au nez et les yeux larmoyants, l’Ambroisie.

C’est à partir du milieu du mois d’août que la perfide plante s’attaque aux organismes sensibles, avec un pic d’intensité au mois de septembre. A cette période, l'ambroisie est la principale cause d'allergies. Reconnaissable à ses feuilles vertes, ciselées et inodores lorsqu’on les froisse entre les doigts, l’ambroisie pousse sur une tige velue, ramifiée très bas et dotée d’un pollen particulièrement allergisant. Chaque pied d’ambroisie produit plusieurs milliers de graines qui conservent leur pouvoir germinatif jusqu’à 40 ans. Une réelle bombe allergisante lorsqu’on sait que 5 grains de pollen par m3 d’air suffisent à déclencher une réaction pour 12 % de la population ! Et là, le mal peut prendre plusieurs formes, allant de la rhinite à la crise d’asthme en passant par la trachéite la conjonctivite ou même l’urticaire.

L’ambroisie très présente dans la région

L'ambroisie est particulièrement bien implantée dans la région Rhône-Alpes. Elle a principalement envahi les plaines et collines de basses altitudes et se retrouve dans tous les départements de la région. Heureusement, les institutions ont pris conscience de ce mal volatile et incitent chaque citoyen à détruire cet ennemi vert, avant même d’en avoir vu la première fleur. Depuis 1998, une cellule spéciale lutte contre la progression de l’ambroisie. Le Rhône est parmi les départements français les plus touchés.

Après une guerre menée à grands coups de produits chimiques en 2009, les autorités ont sorti l’artillerie lourde cette année. C’est maintenant par satellite que l’Ambroisie sera repérée avant d’être détruite. Au nom du principe de précaution et du principe de prévention, chacun est invité à détruire le moindre petit pétiole d’ ambroisie, car la maîtrise de ce végétal est l’affaire de tous. Comme une dangereuse menace, l’ambroisie est scrutée. Ainsi, un site Internet permet de suivre quasiment jour après jour le niveau de pollen d’ambroisie présent dans l’air (http://www.ambroisie.info/index.php). Le Département du Rhône et le Grand Lyon viennent également de mettre en place un numéro vert : 0 800 87 70 21.

à lire également
Illustration maternité © Frederick Florin / AFP
Le scandale des “bébés sans bras” a mis en évidence des défaillances et traduit des dysfonctionnements dans le dispositif de sécurité sanitaire français, considéré comme l’un des plus performants au monde. Pour Lyon Capitale, plusieurs médecins épidémiologistes, toxicologues, neurologues et députés, dont deux anciennes ministres de l’Environnement, en dressent un constat inquiétant.
2 commentaires
  1. stivostine69 - 17 août 2010

    Bien écrit, des informations pertinentes.Après l'article 'ironique' d'il y a une semaine, j'observe que cette ré-écriture est efficace !

  2. jerome manin - 18 août 2010

    @stivostine69. Il ya du THC dans l'ambroisie et tu ne m'a rien dit !!!

Les commentaires sont fermés

d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires

réseaux sociaux

Nos BD
Faire défiler vers le haut