LOU
© JLChauveau

L’UMP indésirable au stade Vuillermet

Le LOU Rugby a annoncé que la fête de la fédération UMP du Rhône ne se déroulera finalement pas sur ses terres au stade Vuillermet, mais à Meyzieu. "De la petite politique", selon Michel Forissier, secrétaire départemental de l'UMP.

La fédération UMP du Rhône annonçait une rentrée sous le signe de l’esprit d’équipe en étant "accueillie par le LOU Rugby" (lire ici). Elle n’atteindra finalement pas les poteaux du stade Vuillermet. Mardi 31 août, le club sportif a fait savoir qu’il ne pourrait pas accueillir l’UMP pour sa traditionnelle fête de rentrée. En cause : un "impair commercial" que le LOU Rugby reconnaît. "Le stade Vuillermet appartient à la mairie. Comme tous les bâtiments municipaux, il est interdit de le louer pour des associations politiques, syndicales ou cultuelles", reconnaît le club. "Nous avons fait des démarches pour retrouver une salle afin de compenser notre erreur", déclare le LOU. Mais ce ne sera pas l’espace Double-Mixte de Villeurbanne comme l’annonçaient certains médias, l'UMP du Rhône préférant décliner la proposition du LOU.

Contre ce désistement de dernière minute, Michel Forissier, secrétaire départemental de l'UMP, fait contre mauvaise fortune bon cœur : "la fête se déroulera finalement à l’espace Jean Poperen à Meyzieu (ville dont il est le maire, NDLR). Comme quoi, organiser une fête politique est tout de même beaucoup plus simple quand on est de la même couleur politique que le maire de la ville. Je ne pense pas qu'il y ait eu de pression de la Ville sur le LOU, mais plutôt de la petite politique". Mais pas question, pour autant, de mettre gracieusement ces installations à la disposition de la fédération du Rhône : "L’UMP paiera la location de la salle comme tout le monde et si, un jour, un autre parti politique veut la louer, il sera le bienvenu".

Lire sur le même sujet : le LOU roule-t-il pour l'UMP ?

à lire également
Les élus LR Stéphane Guilland et Philippe Cochet en juin 2018 © Tim Douet
Philippe Cochet et Michel Forissier, qui dirigeaient depuis une décennie la fédération Les Républicains du Rhône, ont décidé de ne pas se représenter. Ils laissent à leurs successeurs un gros chantier : relever la droite lyonnaise.
6 commentaires
  1. jerome manin - 2 septembre 2010

    Heureusement, il n'y a dans cette décision rien de politique. Si cela avait été politique, le LOU aurait refusé plutôt que d'accepter puis de retirer au dernier moment 🙂

  2. Grand Lyonnais - 2 septembre 2010

    C'est sur que quand il y a des règles l UMP préfère s assoir dessus et s étonne qu on leur reproche.

  3. jerome manin - 2 septembre 2010

    Ce n'est donc pas seulement politique mais idéologique et 'propagandeux'.

  4. jm calther - 2 septembre 2010

    Pour info, dans l'ensemble des équipements sportifs de la ville il est interdit à quelque parti que ce soit d'y organiser des manifestation. La proximité de certains dirigeants du LOU avec l'UMP ne doit pas faire exception à la règle applicable pour tous.

  5. jerome manin - 2 septembre 2010

    La règle n'étant bien évidemment pas valable pour les socialistes dés lors qu'il ont l'excuse de la direction d'une association présidée par un élu ou celle de la main mise sur une collectivité territoriale. Deux poids, deux mesures et c'est tellement gros que ça passe... jm calther ridiculise sa mairie sur ce coup.

  6. enzo - 4 septembre 2010

    S'il n'y avait qu'au stade Vuillermet que l'UMP est indésirable...

  7. jerome manin - 4 septembre 2010

    Les règles qui régissent les établissements publiques socialistes et associations affiliées ne s'appliquent pas en dehors du champ d'une clientèle socialiste. L'UMP aurait ou s'en douter.

Les commentaires sont fermés

d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires

réseaux sociaux
Faire défiler vers le haut