L’OL penserait à récupérer l’Asvel à Décines

L’OL veut son grand stade, l’Asvel rêve, elle, d’une salle multifonctions (concert, match de basket et de hockey). Alors le club de football a pris la température d’une relocalisation de l’Asvel à Décines, le site où devrait s’implanter l’OL Land, lors d’un sondage. Une démarche peu appréciée par les dirigeants de l’Asvel et l’idée ne les intéresse pas.

L’Olympique Lyonnais va publier, mercredi, les résultats d’un sondage effectué dans l’agglomération sur la question de son OL Land à Décines. Jusque là, rien d’anormal puisqu’il s’agit déjà du second. Mais dans les questions, on retrouve un volet sur l’Asvel et le lieu d’implantation de la salle polyvalente que les dirigeants du club de basket veulent construire dans l’agglomération lyonnaise. L’OL a demandé aux personnes sondées ce qu’elles pensaient de l’installation de la salle sur quatre sites différents : Le Puisoz, Villeurbanne, Chassieu (à côté d’Eurexpo) et Décines, sur le site où devrait être construit le grand stade de l’OL.

Une démarche qui s’est effectuée sans concertation entre les deux clubs. “Jean-Michel Aulas ne nous en a pas parlé et nous ne percevons pas les avantages de ce projet”, a expliqué Antony Thiodet, le vice-président de Canal + Events, la holding qui possède l’Asvel. “Je pense que fusionner les deux dossiers complexifie le projet et que ça ne peut qu’enterrer notre projet de salle multifonctions”, appuie Roland Tchenio, patron de Toupargel et président de la société de projet de la salle multifonctions, sorte de comité de pilotage du dossier. De son côté, l’Olympique Lyonnais n’a pas souhaité s’exprimer sur ce sujet mais n’a pas démenti avoir posé une question sur l’Asvel à Décines. Ils réservent leur annonce pour mercredi même si les dirigeants du club de basket lui ont coupé l’herbe sous le pied.

Lors d’une conférence de presse, les dirigeants de la SPSM ont présenté les grandes lignes de la future salle de l’Asvel. En rappelant bien que ce Bercy lyonnais devrait voir le jour en zone intra-urbaine. Seuls deux sites sont donc encore en lice : Villeurbanne et Le Puisoz à la limite de Lyon et de Vénissieux. La salle devrait être de 14 000 places en configuration grands événements et sera modulable à 7 500 places pour les rencontres sportives de moindre importance. La salle fonctionnera de la même manière pour les concerts. Le coût de la construction de cet équipement financé entièrement par le privé est de 106 millions d’euros.

à lire également

Les commentaires sont fermés

d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires
Faire défiler vers le haut