Immeuble Ainay
Google streetview (capture écran)

Immobilier : les prix de l’ancien à Lyon explosent

Les prix de l’immobilier lyonnais flambent : ils ont augmenté de 7,6 % depuis l’année dernière, portant la moyenne du mètre carré à trois mois à 4 506 euros.

Immeuble Ainay ()

Google streetview (capture écran)

Les prix de l’immobilier lyonnais viennent de franchir une nouvelle étape, et ce n’est pas une bonne nouvelle pour ceux qui souhaitent devenir propriétaires dans la capitale des Gaules. Selon une enquête de Seloger.com, les prix des appartements ont augmenté de 7,6 % depuis l’année dernière, franchissant le cap des 4 506 euros le mètre carré en moyenne. La raison de cette flambée des prix ? “Des acheteurs qui veulent profiter de taux d’intérêt historiquement bas, des offres d’achat réduites (conséquence de la forte augmentation du nombre de transactions immobilières durant les derniers mois) et des biens qui partent de plus en plus souvent “au prix””, selon cette enquête.

Les hausses les plus abruptes concernent le 1er arrondissement (+12,1 %), le 6e (+11,5 %) et le 3e (+11,1 %). Les prix les plus exorbitants sont eux dans le 6e (5 363 €) et le 2e (5 350 €), suivis de loin par le 1er (4 533 €). Pour des prix plus bas, il faut se tourner vers le 9e où ceux-ci stagnent à 3 075 euros, voire le 8e pour la somme de 3 373 euros le mètre carré. Selon l’enquête, les rabais consentis sur le prix des appartements plafonne à 2,1 % du prix d’origine. Une marge extrêmement faible, due à la concurrence entre acheteurs.

Baromètre LPI-SeLoger Septembre 2017

LPI SeLoger.com
Baromètre LPI-SeLoger Septembre 2017
à lire également
Vue sur les tours de la Part-Dieu depuis la terrasse de la Maison Nô (rue du Bât-d’Argent) © Tim Douet_0028
Plébiscités dès les années 1930 par Le Corbusier, les toits-terrasses connaissent un regain d’intérêt. Le toit est désormais appréhendé comme une surface répondant aux enjeux et problématiques des villes, dans un contexte de forte densification. Si toutes les métropoles européennes s’y sont mises, Lyon est à la traîne.
2 commentaires
  1. Bernard - 18 octobre 2017

    Cher journaliste,Sachez qu'à Lyon, les numéros des arrondissements ne s'écrivent PAS (au contraire de Paris) en chiffres romains. Ce serait gentil à vous de corriger dans cet article, et d'y penser à l'avenir.Merci

  2. Redaction - 19 octobre 2017

    Merci pour ce rappel, l'article vient d'être repris. Pour ce qui est de l'infographie, malheureusement, nous ne pouvons pas corriger les fautes de SeLoger.

Les commentaires sont fermés

d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires

réseaux sociaux

La revue du web
Faire défiler vers le haut