HCL : Daniel Moinard, l’homme du public

PORTRAIT - A son arrivée à Lyon en janvier 2011, Lyon Capitale avait rencontré le nouveau directeur du deuxième CHU de France, Daniel Moinard.

À 63 ans, Daniel Moinard a la voix grave, les idées claires et le discours limpide. Il aime le mot juste. Celui qui marque. Il a la poignée de main franche et une forte présence. Pas d’hésitation. Pas de doute. Il ne suppose pas mais affirme. Il est un pur produit du service public, avec ce petit rien de formel que cela sous-entend. Mais loin d’être blasé, il se passionne pour son métier qui ne l’a que rarement déçu. Titulaire d’une maîtrise de droit et diplômé de l’École nationale de la santé publique, il n’a jamais délaissé l’hôpital public, auquel il reste profondément attaché. Selon lui, c’est là que “la notion de service public prend tout son sens”. De 1972 à 1988, il occupe plusieurs postes à la direction du CHU de Poitiers, avec une dimension plutôt financière. Il prend ensuite successivement la direction des centres hospitaliers de Niort, Poitiers et Toulouse. Le métier de directeur ? Une vocation qui remonte à ses années de droit.

En 2007, à sa demande, il est chargé par le ministère de la Santé de gérer des situations de crise en CHU. Il assure alors l’intérim de la direction générale des CHU de Nantes, Caen et Montpellier. Le 10 janvier 2011, Daniel Moinard a pris ses fonctions de directeur général des Hospices civils de Lyon. Il succède à Paul Castel, nommé inspecteur général auprès de l’Inspection générale des affaires sociales (IGAS).

à lire également
Cette pâte à malaxer élastique et gluante est très prisée des enfants et des adolescents. A l’approche de Noël, les autorités dénoncent à nouveau la toxicité du produit qui pourrait provoquer de graves lésions.
d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires

réseaux sociaux

Nos BD
Faire défiler vers le haut