Chute de l’autopont : 1ere étape de la mutation de Mermoz

Les travaux de démolition de l’autopont de Mermoz débuteront ce lundi 2 août. Cette plaie urbaine, débouché de l’A43 en pleine ville, scinde le quartier en deux depuis sa construction en 1973. Au-delà de l’abolition de ce symbole, c’est un chantier plus vaste de rénovation urbaine qui est à l’ordre du jour.

La destruction de l’autopont, qui se situe en grande partie sur le territoire de Bron, s’étalera du 2 au 20 août. Une destruction qui laisse, pour le moment, sceptiques certains habitants. “L’autopont permettait d’évacuer les voitures. Il va y avoir des bouchons et il va y avoir autant de voitures sinon plus car elles rouleront moins vite”, craint cet habitant qui réside à Mermoz depuis 1970. Mais à la mairie du 8e, on se veut rassurant : “Des études ont été menées par le Grand Lyon et on passera de 85 000 véhicules par jour à 55 000 car l’accès à l’A43 se fera plus loin”. Les résultats de l’opération seront palpables mi-2012 avec la fin des travaux sur le boulevard.

L’ancien autopont de l’avenue Mermoz laissera en effet place à un boulevard paysager conçu pour recevoir une piste cyclable, de larges trottoirs et un terre-plein central. “Ce que je veux, c’est des arbres et des pistes cyclables sûres”, affirme René qui se rend en vélo tous les jours à l’hôpital où il travaille. L’un des objectifs de ces travaux est de relier enfin les parties Sud et Nord de Mermoz.

Mermoz-Nord choyé, Mermoz-Sud oublié

Dans le quartier de Mermoz-Nord, 171 logements seront réhabilités, 360 construits pour 319 détruits. Le quartier comptera au final 55 % de logements sociaux, contre 100 % actuellement. “La mixité sociale, c’est aussi faire en sorte qu’il y ait moins de logements sociaux là où il y en a trop”, estime Philippe Tournebize, premier adjoint au maire du 8e arrondissement. Joseph vivait dans un des immeubles délabrés de Mermoz-Nord. Il a été relogé dans le premier bâtiment rénové du quartier. “Il y a quelques bricoles qui ne marchent pas mais c’est toujours mieux qu’avant. C’était tout pourri dans mon ancien logement”.

Le quartier Mermoz-Sud, de l’autre côté de l’avenue, ne fait l’objet, quant à lui, d’aucun plan de rénovation. Ce choix est justifié par Philippe Tounebize : “Mermoz-Sud a déjà fait l’objet d’une rénovation dans les années 1980. Mermoz-Nord c’était vraiment une horreur. Mais avec la démolition de l’autopont, le quartier sud en profitera également”.

Des zones commerciales en extension

Le dynamisme du quartier passe aussi par celui de ses commerces. Deux grands chantiers privés s’apprêtent à profiter de ce renouvellement urbain. D’ici 2014, les Galeries Lafayette prévoient une rénovation et un agrandissement portant leur surface de vente de 15 000m2 à 26 000m2. Le magasin Casino de la place Sangnier serait quant à lui détruit et reconstruit sur 2450m2 de surface de vente, contre 1500 actuellement. Un programme de construction de logements sur 14 500m2 est également prévu dans le secteur. Les conclusions d’une enquête d’utilité publique sont cependant attendues pour lancer ce projet baptisé “ilôt Casino”.

Pas d’indemnisation des commerçants pendant les travaux

Mais du côté des commerces de proximité, c’est la morosité qui règne. “Les commerçants n’ont plus de clients depuis que les immeubles ont été vidés et on ne reçoit aucune compensation. Quant au replacement, l’OPAC ne nous dit rien. Ils ne sont venus qu’une seule fois pour nous proposer une éviction qui était intolérable”, affirme la gérante du tabac-presse de Mermoz-Nord en nous montrant sa caisse : 20 clients en 3 heures. Ses bénéfices ont chuté de 40 % ces quatre dernières années.
A la mairie, on regrette simplement “une lacune dans le droit français où il n ’y a pas de système d’indemnisation pour les commerçants en cas de travaux”.

Un sentiment partagé par ce vendeur du magasin d’optique d’en face : “Avec la fermeture de l’avenue pendant les travaux, on va perdre encore plus de clients. Et on ne sait même pas où on va atterrir après la rénovation et on ne nous verse aucune indemnisation”. L’Opac, qui loue les locaux aux commerçants, prétend cependant que des locaux à proximité seront fournis. Le problème est que des locaux disponibles, il n’y en a pas.

Quartier rénové ou quartier populaire ?

Les doutes qui persistent au sein de la population quant au ré-aménagement de Mermoz illustrent les travers habituels des processus de consultation sur les projets urbains. Pourtant, des réunions publiques sont organisées depuis six ans sur le sujet. “C’est vrai qu’il y avait peu de monde lors des réunions publiques”, reconnaît Philippe Tournebize. Ces consultations ignorées par les habitants dénotent des situations sociales difficiles et des foyers ayant d’autres préoccupations.

Avec la diminution de l’offre de logement social et l’extension des zones commerciales, c’est donc un quartier socialement renouvelé qui va sortir de terre. La rénovation apportera cependant une bouffée d’oxygène pour les résidents qui restent, victimes de nuisances sonores et atmosphériques et d’un cadre de vie délaissé depuis des années.

à lire également
Christian Coulon
Christian Coulon, le maire du 8e arrondissement, "accueille avec satisfaction" le déploiement de la police de sécurité du quotidien, à Mermoz, dès septembre, qui permettra de renforcer les effectifs.
1 commentaire
  1. MLBRLyon - 2 août 2010

    Cet article pointe bien les habitudes de certains commerçants: dans les réunions publiques liées à des projets d'aménagements, on trouve des riverains, des membres d'associations diverses et variées (vélos, piétons etc.) prenant sur leur temps libre voire posant des congés pour assister à certaines réunions et faire valoir le point de vue des usagers, et il n'y a jamais l'ombre d'un commerçant dont c'est pourtant le métier de se vendre et se représenter... étrange attitude, quelque peu passive.

Les commentaires sont fermés

d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires

réseaux sociaux
Faire défiler vers le haut