Thomas Nicolle dans la salle de son Bistro © Antoine Merlet
Thomas Nicolle dans la salle de son Bistro © Antoine Merlet
Article payant

Tables lyonnaises – Bistro B, Nicolle et Hardy dans le triangle d’or

Un duo bistronomique discret et bienveillant qui livre des moments gourmands tout en simplicité.

On connaissait L’Instant M de Sonia Devillers, sur France Inter. Il faut désormais compter sur le Bistro B de Thomas Nicolle et Maxime Hardy. B comme Bourgeois (nom de l’ancien propriétaire), B comme bonté, B comme bon, B comme bistronomie. Bref, Bistro B est tout sauf une face B. C’est même un instant qu’on aime. Ouvert en juillet 2018, la table de la rue Duguesclin – entre Casareccio (l’une des bonnes pizzerias de la ville) et la boucherie Matias et à deux gyoza de l’izakaya Chez Terra – fait son bonhomme de chemin, loin de la rumeur gauloise et des boniments du landerneau people lyonnais. “On se fait une place, doucement mais sûrement”, circonstancie Thomas Nicolle. Un kid man au curriculum vitæ estampillé Guide rouge en version Cyril Lignac gourmand-croquant macaronné et Astrance, le trois-étoiles du 16e parisien de Pascal Barbot.Aucune prétention dans le service approprié, une bonhomie aussi rare qu’agréable qui met fines gueules, gueules d’amour et primat des gueules à l’aise séance tenante. Quelques crackers romarin-thym-fleur de sel maison, un sangiovese du domaine Era. La carte est volontairement courte, de manière à privilégier la qualité, la fraîcheur et la saisonnalité des produits. Circuits courts sans court-circuit.

Sobre et gourmand

Il vous reste 57 % de l'article à lire.
Article réservé à nos abonnés.

Connectez vous si vous êtes abonnés
OU
Abonnez-vous

Laisser un commentaire

Faire défiler vers le haut