Petit déjeuner royal

Parce qu’il n’y a pas d’heure pour casser la croûte, audience au Royal, l’hôtel-école (le premier en Europe) de l’Institut Paul Bocuse, pour un copieux petit-déjeuner.

Ètape n°1 : franchir sans peur (et sans reproche) l’entrée, très british, du célèbre immeuble haussmannien (les Beatles y ont passé la nuit, le 22 juin 1965). Etape n°2 : se présenter au concierge. Etape n°3 : monter d’un étage. Etape n°4 : “Côté Cuisine”, s’asseoir et se servir.

Salle à manger toute en longueur décorée par Pierre-Yves Rochon (Bocuse, Ducasse, Robuchon...), mobilier créé par Ligne Roset, armoire asiatique chinée chez Asiatides, collection de menus anciens de Pierre Orsi, poules, poissons, lapins et coqs en céramique, toile de Jouy sur les chaises. Au fond, la cuisine à proprement parler où trône un beau buffet avec un formidable jambon Bellota Bellota de chez Byzance (cochons ibériques nourris exclusivement aux glands), des fruits des meilleurs producteurs de la région, une meule de Comté extra, des blinis sucrés.

Chacun pioche au gré de ses envies. Verrines de salades de fruits, yoghourts Danone au lait entier, yaourts artisanaux de La Mère Richard ou viennoiseries du chef Kevin Eigl, jus de fruits signés Milliat, thés Betjeman & Barton, confitures de chez Lenôtre : Côté Cuisine est un condensé de bons produits. Le must : se faire cuisiner des oeufs au plat ou une brouillade au bacon ! Les élèves de l’Institut Paul Bocuse, parfois un peu trop dans la “récitation”, sont aux petits oignons pour vous. Prix du petit déjeuner royal : 22 euros, à approfondir en brunch.

à lire également
Le chef italien Marco Vigano, une étoile Michelin  et "Grand de demain" du Gault&Millau 2019 quitte Roanne pour s'installer à Lyon en septembre. Interview extra sensorielle.
d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires

réseaux sociaux
Faire défiler vers le haut