Les restos de l'été (5/5) : Le Nek

Il regarde d'un air mi-amusé mi-méfiant le jeune chef du Nek, Laurent, donner sa recette à notre caméra de journalistes. Derrière le bar, Leïla, qui s'occupe du service mais pas seulement, car c'est elle la pâtissière de la maison, observe aussi la scène, un sourire aux lèvres. Laurent est d'un naturel stressé, et la petite taille de la cuisine n'arrange rien. Pour autant, le cuistot ne se dégonfle pas et tente un soufflé aux girolles, c'est de saison, avec quelques noix de Saint-Jacques qui, elles, ne sont pas encore dans leur période. Laurent avoue qu'il n'avait pas vraiment envie de se mettre sous les feux des projecteurs, mais Leïla trouvait que c'était une bonne idée pour un resto ouvert seulement depuis deux mois. Devant les fourneaux, le chef jette les girolles dans la poêle, active avec force et courage son fouet sur les blancs d'oeufs pour les monter en neige. Tout semble bien fonctionner. Seulement voilà, sortie du four, ce qui devait être une merveille de hauteur et de légèreté a accroché au cercle en métal qui lui donnait sa forme. Ce n'est pas très grave. Leïla est en train de faire mijoter des fruits dans des épices, et les arômes se mêlent à ravir à ceux des girolles enrobées dans la mousse cuite. Le temps est orageux, mais on est à l'abri, un bon plat chaud sur la table. Laurent et Leïla parlent à voix basse. Le comptable, lui, est d'un silence absolu, maintenant habitué à notre présence comme à celle d'un chat. On est plutôt pas mal, là, au Nek. Dalya Daoud

En vidéo (par Bastien Gouly) : En été, on a faim seulement les jours de pluie. Et heureusement que, parfois, il pleut.

Le Nek, 6 rue Hippolyte Flandrin, Lyon 1er.

Dans la série des 'restos de l'été', retrouvez aussi L'Eskis, La Cantine des sales gosses, le Bistro Pizay, Qu'importe l'ivresse.

Les commentaires sont fermés

d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires

réseaux sociaux
Faire défiler vers le haut