Bocuse
©Tim Douet

Les candidats lyonnais pour le “Meilleur ouvrier de France”

Quatre cuisiniers de chez Bocuse, La Pyramide, Guy Lassausaie et Le Cheval Blanc (Yannick Alléno, à Courchevel) font partie des 32 qualifiés pour la finale du concours de Meilleur ouvrier de France (MOF), qui se déroulera les 4 et 5 février prochains, à Dardilly.

C'est le concours de cuisine le plus prestigieux. Celui que tous les chefs rêvent d'accrocher à leur palmarès. "Le seul et l'unique", dirait Paul Bocuse, Meilleur ouvrier de France millésime 1961. Dans le jargon, on dit "MOF".

Sauf que le MOF n'est ouvert qu'aux ressortissants français. Alors, pour les autres (le reste de la planète), Monsieur Paul a créé en 1987 le Bocuse d'Or, qui est aujourd'hui considéré comme la compétition culinaire la plus renommée du globe.

4 candidats, 9 étoiles Michelin

Le MOF reste néanmoins, aux yeux de la profession, le concours le plus dur et le plus exigeant. "Le concours est difficile. Le réussir, c’est entrer dans un groupe de référence, celui des meilleurs ouvriers artisans chefs cuisiniers", explique Jean-François Girardin, vice-président de la Société nationale des Meilleurs Ouvriers de France.

Il y a 3 niveaux dans ce concours : présélections, sélections régionales et concours national.

Après une seconde épreuve qualificative et éliminatoire qui a eu lieu les 8 et 9 octobre dans toute la France, seuls 32 chefs (sur 220) se sont qualifiés pour la grande finale. Elle se déroulera les 4 et 5 février prochains, à Dardilly.

En Rhône-Alpes, quatre cuisiniers ont décroché leur billet pour la finale. Tous viennent de maisons étoilées au guide Michelin : Boris Campanella (** Le Cheval Blanc à Courchevel, chef : Yannick Alleno), Olivier Couvin (*** Auberge du Pont de Collonges, chef : Paul Bocuse), Benjamin Pâtissier (** La Pyramide, chef : Patrick Henriroux) et Jérôme Schilling (** Guy Lassausaie).

Lors de cette finale, les candidats devront réaliser une épreuve imposée qui, s’appuyant sur la tradition, fera intervenir des techniques nouvelles, ainsi qu’un projet "libre" destiné à permettre à chacun "de composer et de réaliser une œuvre personnalisée révélant la maîtrise de qualités complémentaires à celles mises en évidence par l’épreuve imposée".

d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires

réseaux sociaux
Faire défiler vers le haut