LA TABLE : L'AUBERGE MEDIEVALE

En couple, entre amis ou en famille, voyage en terres moyen-âgeuses.

Connaissez-vous l'hypocras et le birlou ? Avez-vous déjà goûté une poulaille aux fonges ou une battue d'oeufs sarrazinoise ? Avec le succès planétaire de la trilogie du Seigneur des Anneaux, le Moyen-Âge est quasiment devenu branché. Rue Juiverie, deux passionnés d'histoire tiennent Le Baladin, une auberge "où l'on ripaille et l'on trinque à la santé de notre bon roi Louis XI". On entre par une cour fabuleuse, rare pour sa galerie sur trompes du XVIe siècle. Derrière un rideau rouge épais, trois salles voûtées, éclairées par la seule lumière des bougies. Des tables en bois, des auges en grès, des cornes de vaches pour se rafraîchir, et un mystérieux tunnel qui, dit-on, remonterait jusqu'à Fourvière. Vous êtes dans une ancienne arrivée de l'aqueduc du Gier.
Au Moyen-Âge, les moines stockaient au 8, rue Juiverie, du grain et du vin, l'endroit faisant office de dépendance de l'auberge Sainte Catherine (montée St Barthélémy). Aujourd'hui, Pascal et Myriam préparent des spécialités médiévales - également à emporter. Au menu : salade aux figues fraîches et roquefort, pastez de hure (terrine de sanglier et son confit d'oignons), goret en rost (filet mignon de porc à la sauge et aux citrons confits), etc.
Et parce que l'endroit s'y prête, on vous racontera sûrement les légendes qui y habitent. Tavernier, une corne de moretum !

La petite histoire
Le mythe du "diamant juif"
C'est "un mystérieux et incomparable diamant (...) unique par sa grosseur et sa pureté, énigmatique de par ses origines et son usage". Voilà tout ce qu'on sait du joyau que les Juifs de la rue Juiverie auraient caché, jadis, dans une des têtes de lions de la "Maison Lantillon", au nème23. Persécutés et ayant peur pour leurs biens, la communauté aurait uni sa fortune et négocié avec cette somme, qu'on imagine immense, une pierre qui dépasse l'entendement.

d'heure en heure
d'heure en heure


derniers commentaires
Faire défiler vers le haut