Collomb IMG_9994 copie

Gerland : une loi "lyono-lyonnaise" pour sécuriser la Zac

Le président de la République et son Premier ministre l'ont signée. La loi "relative à la sécurisation des transactions relatives à la zone d’aménagement concerté (Zac) du quartier de Gerland" a été promulguée. Une loi qui vient conforter les projets immobiliers sur place et couper court aux risques d'obstruction légale pouvant venir de riverains. Une loi taillée pour le Grand Lyon, proposée par des députés et sénateurs lyonnais.

C'est le 6 août dernier qu'a été promulguée la loi relative à la sécurisation des transactions pour la Zac de Gerland. Une adoption et une promulgation au Journal officiel rapide, puisque Thierry Braillard avait déposé sa proposition en ce sens le 29 avril, avant de devenir ministre. Rebelote le 5 mai : cette fois c'est Gérard Collomb, le sénateur-maire, qui soumet le texte, davantage argumenté. Les députés socialistes Jean-Louis Touraine et Pierre-Alain Muet viennent en renfort le 13 juin, proposant exactement le même article à l'Assemblée nationale. Enfin, le même jour, Gilda Hobert, la suppléante de Thierry Braillard, ré-enregistrait la proposition du 29 avril. Bref, une loi préparée par des Lyonnais, pour les Lyonnais.

"Investissements importants du Grand Lyon"

Il faut dire que l'affaire a son importance pour les élus locaux. "Ce campus [technologique et scientifique] a fait l'objet d'investissements importants du Grand Lyon, de la Région Rhône-Alpes et de l'État", ne cache pas le maire de Lyon. Dans sa proposition, reprise par MM. Touraine et Muet, il liste quelques-uns des plus importants projets de la Zac : "le développement du pôle de recherche en infectiologie de l’Inserm" ; "le projet de relocalisation sur le site du Centre international de recherche en cancérologie de l’OMS" ; "l’extension engagée d’un laboratoire de l’ENS de Lyon" ; "le projet de construction d’une résidence universitaire et d’un restaurant interuniversitaire", ou encore "la construction du nouveau siège social de Sanofi". Autant de dossiers dont "le non-déclassement pourrait générer des risques de contentieux pouvant retarder voire remettre en cause la mise en œuvre", expliquent les élus de gauche en chœur.

La promulgation de cette loi éloigne ainsi les risques de contestation légale des projets immobiliers par les riverains. Depuis son lancement en 1983, la Zac de Gerland a eu assez peu d'opposants, à l'exception de remarques ponctuelles de la part de la droite (voir ici en 2011, l'UMP du 7e arrondissement).

à lire également
Circulation à Lyon la nuit © Tim Douet
Si Gérard Collomb a fait de l'Anneau des sciences de Lyon le point central de sa campagne, un décalage semble se creuser avec les principales attentes des Lyonnais. Ce projet d'autoroute pour boucler le périphérique ne remporte pas l'adhésion selon un sondage. 
2 commentaires
  1. grandlyonnaise - 12 août 2014

    c'est exactement ce qui aurait dû être organisé pour les 50 hectares bradés au MONTOUT à DECINES, sans aucune contrainte sur ces terrains autres que celles prévues au simple PLAN LOCAL URBAIN, laissant à AULAS le développement spéculatif à outrance, et non contrôlé, sur ces terrains jusqu'alors maitrisés par la collectivité publique Cette attitude généreuse est suspecte A souhaiter qu'un gueux contribuable engagera la brigade financière à faire le nécessaire dans cette république de bananes

  2. Collombitude - 12 août 2014

    Après la loi sur l'intérêt général des stades de foot privés, voici une autre loi spécialement conçue pour l'oligarchie ploutocratique lyonnaise. Collomb et Braillard sont vraiment les plus forts, combattre les opposants de tout poil, voilà leur objectif : « Le peuple anglais pense être libre, il se trompe fort. Il ne l’est que durant l’élection des membres du parlement : sitôt qu’ils sont élus, il est esclave, il n’est rien ». Rousseau a encore raison,il faut remplacer 'anglais' par 'français'

Les commentaires sont fermés

Faire défiler vers le haut