Trafic d’armes : Les cerveaux des “Bronzés” en prison

En novembre 2012, 247 armes disparaissaient de l’armurerie de Villette-de-Vienne suite à un braquage. Les deux principaux prévenus ont écopé de 6 et 7 ans d’emprisonnement.

Le procès avait commencé le 13 novembre dernier sur une note d'humour. L'un des neuf prévenus pour le braquage de l'armurerie de Villette-de-Vienne avait lancé au président : “On aurait dit Les bronzés font un go-fast… ” Pourtant, les faits sont graves, sur les 247 armes dérobées à l'armurerie, seul un sac de voyage a été retrouvé à bord de la voiture des braqueurs. Dans ce sac, les enquêteurs ont mis la main sur 2 pistolets-mitrailleurs (Scorpio et Uzi), 2 pistolets automatiques, 5 fusils d'assaut, 10 chargeurs et 440 munitions.

Deux équipes organisées pour l’achat et la vente d’armes volées

Les neuf prévenus étaient répartis en deux équipes : l'équipe grenobloise, dirigée par Farid Brahamia et censée vendre les armes, et l'équipe parisienne, dirigée par Nidal Gadil, multi-récidiviste du trafic de stupéfiants, censée les acheter.

Farid Brahamia et Nidal Gadil écopent respectivement d'une peine de prison de 6 et de 7 ans. Jugés en plein état d'urgence, les deux trafiquants auraient pu voir leur peine bien plus lourde. Le parquet avait en effet requis entre 8 et 10 ans d'emprisonnement.

à lire également
Palais de justice de Lyon © Tim Douet
L’homme soupçonné d’avoir provoqué feux de poubelles et de voitures le 24 mars au soir n’avait pas été entendue, les policiers redoutant qu’il ne soit atteint du coronavirus. Testé négatif, il doit être présenté au parquet ce 28 mars.
Faire défiler vers le haut