Piscines de Lyon : huit nouvelles interpellations ce week­-end

Alors que la piscine de Mermoz rouvrait ses portes samedi après quatre jours de grève, de nouveaux incidents ont éclaté dans plusieurs piscines lyonnaises ce week­-end. Huit personnes ont été interpellées, alors que les consignes de sécurité avaient été renforcées autour des bassins.

La piscine de Gerland a une nouvelle fois été le théâtre d'incidents ce week-­end. Cinq personnes ont été interpellées après des heurts avec le personnel de sécurité. Deux jeunes de 15 à 17 ans auraient ainsi été arrêtés après avoir proféré des insultes à caractère raciste sur un agent de sécurité. Trois autres personnes ont également été placées en garde à vue pour violences. La sécurité avait pourtant été renforcée aux abords du bassin, même si le dispositif de sécurité prévu à Gerland était moins important qu'à Mermoz.

"À Gerland, il y a tout de même un renforcement du personnel de sécurité à l'entrée de la piscine. Nous avons demandé que des patrouilles de police puissent tourner plus régulièrement pour assurer une certaine sécurité", assurait jeudi 9 juillet Yann Cucherat, adjoint aux sports à la Ville de Lyon.

D'autres piscines concernées

Alors que cette dernière rouvrait à peine, un autre incident aurait également opposé un père de famille et la sécurité de la piscine de Mermoz samedi, pour des raisons encore inconnues. D'autres arrestations ont également eu lieu dimanche, cette fois du côté de la piscine du Rhône. Deux individus auraient été arrêtés après avoir bousculé un agent de sécurité. Ce dernier leur aurait demandé d'éteindre leur cigarette. Une troisième personne a été interpellée après avoir menacé de mort un autre agent.

Ces violences, qui se multiplient, posent ainsi la question de la sécurité des piscines de Lyon, qui n'avaient pas fait l'objet d'un renforcement de sécurité en dehors de Gerland et de Mermoz. Interrogé la semaine dernière par Lyon Capitale au sujet de l'éventuelle surveillance d'autres piscines à Lyon, l'adjoint aux sports déclarait que "les gros débordements avaient eu lieu à la piscine de Gerland et à Mermoz. Il n'y a pas d'autres gros incidents à déplorer sur les autres équipements. S'il le fallait, nous répondrions en conséquence", avant de préciser : "Nous avons tout mis en œuvre pour anticiper ces problèmes. Nous ne sommes pas en train de mettre en place quelque chose qui nous aurait pris de court, nous avons vraiment essayé d'être à la hauteur mais plusieurs événements sont réunis et je crois que la canicule y est malheureusement très propice".

Les quatre individus interpellés à Gerland seront présentés au Parquet aujourd'hui, alors que la cinquième personne interpellée, une adolescente de 15 ans, a quant à elle été laissée libre. Elle devra cependant se présenter prochainement devant un juge pour enfants. En ce début de saison, les incidents dans les piscines semblent bien avoir le vent en poupe : un mineur de 13 ans avait également été arrêté jeudi dernier après avoir agressé sexuellement deux adolescentes de 14 et 15 ans à Décines. Il sera présenté devant la justice le 2 novembre prochain.

à lire également
Commissariat du 8e
Dans le 8e arrondissement de Lyon, un homme avait pris pour habitude de fouiller dans les boites aux lettres pour chercher les clés. Il cambriolait ensuite les appartements. Il vient d'être condamné à de la prison ferme.
1 commentaire
  1. Abolition_de_la_monnaie - 13 juillet 2015

    La sécurité, c'est bien. Mais tous ces problèmes relèvent de l'éducation, de la courtoisie, du vivre ensemble. . Parler 'd'anticiper les problèmes' en plantant des policiers municipaux, alors que les jeunes qui posent problèmes ont de très graves problèmes existentiels et qu'ils n'ont qu'une seule idée, se confronter à l'autorité pour exister, ce n'est pas anticiper les problèmes, c'est... idiot ! . Non, anticiper les problèmes, ce serait que la mairie centrale ait un réel budget pour l'éducation comme le permet la loi. Que ce budget ne soit pas 'gadget', 'garderie pour mioches', mais un réel apprentissage du vivre ensemble. Seulement voilà, ça coûte peut être plus cher d'assurer de l'éducation que d'envoyer des policiers qui veulent être armés, pour taper sur les têtes qui dépassent...

Les commentaires sont fermés

d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires

réseaux sociaux
Faire défiler vers le haut