Quelle est l’origine du nom Charlie Hebdo ?

Qui est donc ce Charlie qui a donné son nom à Charlie Hebdo ? Alors que la France affiche massivement “Je suis Charlie” dans la rue ou sur les réseaux sociaux, les versions divergent sur l’origine du nom du journal. Un peu d’histoire.

"Si Charlie Hebdo a pris ce nom, c'est à cause de Charles de Gaulle", "C'est pour rendre hommage à Charles Martel", "Ils ont été les premiers à publier “Où est Charlie ?”"... Sur Internet et dans les divers rassemblements, chacun y va de sa théorie, parfois fantaisiste, pour savoir d'où vient le nom de l'hebdomadaire satirique. En fait, l'origine de Charlie Hebdo n'est pas à chercher dans l'histoire ou l'actualité, mais bien dans la bande dessinée, Peanuts de l'Américain Charles M. Schulz pour être plus précis.

De Peanuts à Charles de Gaulle

En 1969, François Cavanna lance le mensuel Charlie, regroupant plusieurs BD et comics strips dont Peanuts. Le magazine prend alors le nom de l'un des héros de Schulz : Charlie Brown. Par la suite, le titre se décline en hebdomadaire pour remplacer Hara-Kiri après son interdiction le 16 novembre 1970 (le journal avait titré “Bal tragique à Colombey, 1 mortsuite au décès de Charles de Gaulle. Le nom devient alors ambivalent, tirant ses racines dans Peanuts, tout en faisant également référence à l'affaire qui a obligé Hara-Kiri à devenir Charlie Hebdo.

Suite à l'attentat qui a touché le journal le 7 janvier, Magnus Shaw a publié sur Twitter un dessin (voir ci-dessus) avec Charlie Brown la tête entre les mains, où il est écrit : “Je suis Charlie”, un prénom aujourd'hui entré dans l'histoire.

à lire également
Cathy Bouvard, aux Subsistances, en octobre 2018 © Tim Douet
Depuis quinze ans à la tête des Subsistances, Cathy Bouvard s’est vu proposer un défi qui ne se refuse pas : les Ateliers Médicis, dont l’ambition est rien de moins que de transformer par la culture la ville de Clichy-sous-Bois et de faire émerger des artistes qui ne soient pas “du sérail”. Une des fondatrices de Lyon Capitale tire donc sa révérence et dresse à cette occasion le bilan d’une ville qui a muté. Avec la crainte qu’elle ne se re-quenellise…
d'heure en heure
d'heure en heure


derniers commentaires
Faire défiler vers le haut