Grand Budapest Hotel détail affiche

Lyon : les décors de Wes Anderson investissent le musée des miniatures

Le célèbre Grand Budapest Hotel et bien d’autres décors miniatures du réalisateur américain seront exposés dans le musée du Vieux-Lyon à partir du 15 décembre.

The Grand Budapest Hotel, de Wes Anderson, détail de l’affiche

Quand la féerie des ruelles du Vieux-Lyon rencontre celle de l'univers de Wes Anderson. Le musée des miniatures et des décors de cinéma du 5e arrondissement accueillera à partir de la mi-décembre les œuvres réduites au style si travaillé utilisées par le réalisateur sur ses tournages. Une première en France, qui pourrait être couronnée par la venue d'Anderson, laquelle n'a pas encore été confirmée.

Pièce maîtresse de cette exposition, le fameux Grand Budapest Hotel du film éponyme. La réduction de 4 m de long sur 3 de haut fait la part belle aux détails architecturaux. Une prouesse de miniaturisation.

Paul Schlase, Tony Revolori, Tilda Swinton et Ralph Fiennes dans “The Grand Budapest Hotel”, de Wes Anderson © Fox Searchlight Pictures

Beaucoup d'autres décors miniatures ayant servi à la réalisation de Fantasic Mr Fox notamment seront également présentés jusqu'au 31 mars 2016 dans la salle des expositions temporaires. Inspiré d'une nouvelle de Roald Dahl, ce film d'animation avait été réalisé en “stop motion”. Cette technique ancienne, utilisée dans les Wallace et Gromit, nécessite de photographier un décor et des personnages miniatures dans une position différente à chaque plan.

“Je voulais être architecte”

Affiche du film “The Grand Budapest Hotel”, de Wes Anderson

Si Wes Anderson utilise tant de décors miniatures ce n'est pas par hasard. Au-delà de leur intérêt cinématographique, le réalisateur américain retrouve en ces miniatures une partie de l'enfant qu'il était. "Le goût des miniatures me vient sans doute de l'enfance : je voulais être architecte, je dessinais des bâtiments, je construisais des maquettes", confiait à Télérama en février 2014 celui qui avoue avoir "aimé jouer aux Lego".

Le professionnel qu'il est devenu s'extasie devant "les modèles réduits de trains qu'utilisait Hitchcock dans les ­années 1930". Conquis par les possibilités d'une telle démarche, Wes Anderson estime que "les maquettes lui permettaient des figures de style que des objets en taille réelle n'auraient pas autorisées".

à lire également
Grand Lyon métropole Courly
Il n’est pas toujours évident de s’y retrouver dans le monde numérique, GAFA, influenceurs, IA… L’association Fréquence École propose au grand public de l’aider à y voir plus claire lors de l’événement Super Demain, du 15 au 18 novembre à Lyon.
d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires
Faire défiler vers le haut