Elle brûle Bovary 3
© Jean-Louis Fernandez

Genèse et modernité d’Emma Bovary à la Croix-Rousse

La compagnie Les Hommes Approximatifs remet le chef-d’œuvre de Gustave Flaubert au goût du jour. Un spectacle à découvrir ce mardi et mercredi au théâtre de la Croix-Rousse.

On l’ignore ou on l’a oublié, Gustave Flaubert avait longuement étudié un fait divers de son époque avant de se lancer dans l’écriture d’Emma Bovary. Il s’était en effet inspiré de l’histoire de l’épouse d’un officier de santé, Eugène Delamare, qui avait défrayé la chronique normande sous le règne de Louis-Philippe. Le destin d’Emma doit beaucoup à cette charmante jeune femme, prénommée Delphine, qui se suicida un jour de marché, après avoir connu les joies et désillusions de l’adultère suite à un mariage d’intérêt.

D’un fait divers à l’autre

À partir du roman (interdit pour immoralité en 1857), Les Hommes Approximatifs ont construit un spectacle qui met en exergue sa dimension de fait divers. Le point de départ d’Elle brûle est le suicide d’Emma. Ce geste fatal, plusieurs tableaux tentent d’en donner une explication. Ils ont été conçus à partir d’improvisation des comédiens sur le plateau. Le projecteur n’est pas seulement braqué sur l’épouse adultère, mais aussi sur son mari, incapable de prendre la mesure du désespoir d’Emma ou de la manière dont elle se consume dans l’ennui.

Cet aveuglement est mis en relation avec un autre du même acabit, celui de l’épouse de Jean-Claude Romand. C’est donc un autre fait divers (qui inspira également la littérature) qui fait irruption dans la pièce. De l’histoire de Romand, qui assassina sa femme, ses enfants et ses parents après leur avoir menti pendant dix-huit ans en se prétendant médecin, Emmanuel Carrère avait tiré en 2000 un roman, L’Adversaire, adapté au cinéma par Nicole Garcia en 2002.

Fiction et réalité, littérature ancienne et contemporaine se télescopent dans cette création théâtrale atypique, dont l’intensité a été relevée lors des premières représentations, à Paris, au théâtre de la Colline.

Elle brûle – Du mardi 10 au vendredi 13 mars à 20h, samedi 14 à 19h30, au théâtre de la Croix-Rousse, Lyon 4e.
d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires
Faire défiler vers le haut