Roland Veuillet porte plainte pour internement abusif

Après ses 57 jours de grève de la faim, Roland Veuillet se veut toujours "combatif". Malgré la fatigue, il a choisi de reprendre son travail au collège Valdo de Vaulx-en-Velin. Ce conseiller principal d'éducation, qui conteste sa mutation disciplinaire de Nîmes à Lyon, a déposé plainte mercredi pour internement abusif en psychiatrie. Lors de sa grève de la faim, il avait été interné 24 heures au Vinatier avant qu'un psychiatre ne le déclare sain d'esprit. L'affaire a fait grand bruit : la Ligue des droits de l'homme et l'Union syndicale de la psychiatrie ont fustigé l'utilisation de la psychiatrie à des fins répressives. On sait aujourd'hui quelle autorité a requis l'internement de Roland Veuillet. La décision a été prise par le maire de Gleyzé et un médecin, lors de son hospitalisation à Villefranche*, au motif qu'il présentait des "troubles de personnalité paranoiaque" et qu'il pouvait compromettre l'ordre public. "J'ai vu ce médecin deux fois 15 minutes et comment quelqu'un qui a perdu 20 kilos peut être une menace pour l'ordre public", s'indigne Roland Veuillet. "Nous allons attaquer sur le caractère irrégulier et abusif de cet arrêté d'hospitalisation au tribunal administratif et au tribunal de grande instance. Une plainte sera également déposée devant le commissaire européen aux droits de l'homme", explique son avocat Me Devers. Sur le fond de la grève de la faim de Roland Veuillet et malgré la nomination d'un médiateur, le dossier est au point mort. Le 21 février, le ministre de l'Education national a rappelé qu'il proposait à Roland Veuillet "une affectation dans l'Académie de son choix pour lui permettre de retrouver ses proches". Roland Veuillet continue de réclamer l'ouverture d'une enquête administrative qui fasse la lumière sur son affaire ainsi que la levée de la sanction dont il fait l'objet.

* l'hôpital de Villefranche dépend de la commune de Gleyzé.

Roland Veuillet en vidéo

à lire également
des cuilleres dans une crèche
Cinq parents de Vénissieux ont engagé des poursuites devant la justice administrative face à la mairie. En cause : le changement du règlement de la crèche de leurs enfants qui imposent de servir tous les plats au menu, y compris la viande. Sans juger sur le fond, le tribunal leur a donné raison. 

Les commentaires sont fermés

d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires
Faire défiler vers le haut