cartables école primaire maternelle
© Steven Belfils

Mobilisation contre "la casse des RASED" à Vaulx-en-Velin

Des enseignants et des parents d’élèves de Vaulx-en-Velin protestent contre un redécoupage du Réseau d’aide spécialisées aux élèves en difficulté (RASED) qui entrainerait une baisse du nombre d’accompagnateurs dans les écoles de la ville.

Ce mardi se tiendra, à partir de 15h 45 devant les locaux de l’Inspection de l’Education Nationale de Vaulx-en-Velin, un rassemblement pour dénoncer la diminution annoncée des moyens accordés au Réseau d’aides spécialisés aux élèves en difficulté (RASED). Un communiqué émis par le collectif d’enseignants et de parents d’élèves à l’origine du mouvement indique que selon la décision, qui doit être entérinée le 16 juin, "deux postes d’enseignants RASED [seraient] supprimés" dans les écoles maternelles et élémentaires de Vaulx-en-Velin. Or, toujours selon le communiqué, "ces suppressions interviennent alors même que les besoins des élèves n’étaient absolument pas couverts". Cette pénurie d’accompagnateurs est confirmée par Pauline Sabot, enseignante à Vaulx-en-Velin : "Sur les deux groupes scolaires où je travaille, qui comptent ensemble environ 1000 élèves, on trouve une psychologue, une enseignante spécialisée et une rééducatrice. Ces moyens sont déjà très faibles et on veut encore les réduire, alors même que le nombre d’élèves n’a fait qu’augmenter et que les départs à la retraite des enseignants spécialisés n’ont pas été compensés."

"Autocensure"

Ce manque de moyen a eu pour conséquence une concentration de l’assistance sur les élèves les plus en difficulté, tandis que les besoins des autres ne sont qu’insuffisamment comblés par les instituteurs déjà présents, qui n’ont pas suivi de formation spécifique. Cette nécessité de restreindre l’aide est assimilée par les enseignants, qui adoptent vis-à-vis du RASED un comportement que Pauline Sabot compare à de "l’autocensure" : "Quand on doit signaler les élèves en difficulté à ces réseaux d’aide spécialisés, […] on sait qu’on va devoir trier car tous les élèves ne peuvent pas être pris en charge". Cette sélection est un exercice douloureux pour l’institutrice : "C’est très difficile de hiérarchiser des élèves qui sont déjà en très grande difficulté".

Incompréhension avec l’Inspection

Pendant le rassemblement, une délégation d’enseignants et de parents sera reçue par l’Inspecteur de la circonscription de Vaulx-en-Velin. Une première discussion avait déjà été engagée à la suite de l’annonce du redécoupage du RASED. Mais la nouvelle proposition qui en était sortie avait d’avantage révélé, du point de vue des instituteurs, un problème de compréhension de la structure du réseau par l’Inspection, comme l’explique P. Sabot : "La section académique considère que tous les postes (rééducateur, psychologue scolaire et enseignant spécialisé) se substituent […], or ils ne se valent pas du tout : ils ne correspondent pas au même au travail et ne répondent pas aux mêmes besoins des élèves. A partir de là, la répartition qui est faite dans les écoles ne peut pas être satisfaisante." S’ils espèrent malgré tout obtenir le maintien des deux postes auprès de l’Inspecteur, les parents et enseignants mobilisés se préparent à poursuivre la mobilisation dans le cas où leur demande n’était pas entendue.

à lire également
Dessin illustrant le thème de l’apprentissage des excuses © Isacile
“Dis pardon”, “Excuse-toi”… Derrière ces expressions, se cache bien plus que de simples formules de politesse. Pour preuve, certains adultes ont encore du mal à exprimer leurs regrets, à dire “je suis désolé”… Apprendre aux enfants à s’excuser fait donc bien partie du rôle éducatif des parents. Mais pas n’importe comment, ni à n’importe quel prix.
d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires

réseaux sociaux
Faire défiler vers le haut