Rhônexpress
© Mr. Ibou

Lyon : une pétition contre les tarifs “exorbitants” du Rhônexpress

Une pétition a été lancée pour protester contre les prix “exorbitants” pratiqués par Rhônexpress, la navette qui relie Lyon à l’aéroport Saint-Exupéry.

Pour rejoindre l'aéroport de Lyon, les voyageurs n'ont pas le choix et doivent payer le prix fort. Rhônexpress est la seule navette qui dessert Saint-Exupéry depuis le centre-ville, et ça se ressent dans le porte-monnaie. Un aller simple coûte 15,90 euros tandis qu'un aller-retour revient à 27,50 euros plein tarif. Des prix inadmissibles pour Lola, une étudiante de 23 ans qui a lancé une pétition en ligne pour mettre fin à cette situation. "Pour ce type de liaison, cette navette fait partie des plus chères d'Europe et est la plus chère de France", explique la jeune femme, avant d'ajouter : "Les prix sont juste exorbitants. À titre d'exemple, un aller au départ du centre-ville coûte le même prix qu'un aller en bus depuis Grenoble !"

“On nous impose Rhônexpress !”

Ce n'est pas la première fois que la ligne fait parler d'elle. Alors qu'elle était encore au stade de projet, beaucoup critiquaient déjà les prix annoncés. Il y a deux ans, une première pétition avait déjà été lancée, avec le même objectif qu'aujourd'hui : faire baisser les tarifs, ou au moins proposer un autre trajet. Adressée à Laurent Wauquiez, elle avait rassemblé plus de 4 000 signataires, mais n'avait rien donné de concluant. La cause du blocage : la situation de monopole dans laquelle se trouve Rhônexpress. En effet, le contrat de concession signé avec le Sytral est particulièrement verrouillé. Il établit notamment qu'aucune concurrence ne doit être faite à la navette. Dès lors, pas d'autre choix possible pour les Lyonnais. "On nous impose (...) Rhônexpress et ses tarifs", fustige Lola. Des tentatives avaient bien eu lieu pour sortir de ce monopole, mais elles ont à chaque fois avorté. En 2013, la navette low cost Go Airport avait obtenu l'autorisation de la Dreal pour faire la liaison, mais les diverses pressions ont eu raison du projet. En 2015, d'anciennes lignes de bus remises en circulation, qui permettaient aux voyageurs de rejoindre l'aéroport à un prix raisonnable, avaient provoqué la foudre de Rhônexpress. Ces lignes ont été supprimées en 2016, ce qui n’a pas empêché Rhônexpress d'assigner le Sytral au tribunal administratif, en demandant des réparations à hauteur de 2 millions d'euros.

Les commentaires sont fermés

d'heure en heure
d'heure en heure
Faire défiler vers le haut