Lac du Chambon
© Google Map

Lac du Chambon : une partie de la roche toujours instable

Suite à des éboulements conséquents sous le tunnel du Chambon (Isère), les autorités ont décidé de suspendre la circulation sur la RD 1091 depuis le 10 avril. Le week-end dernier, une partie de la roche s’est écroulée, mais une autre demeure instable, plongeant les habitants de la vallée dans un isolement de plus en plus pesant.

Deux tiers de la roche se seraient écroulés au cours de l’éboulement du week-end dernier au-dessus du lac du Chambon, estiment les géologues cités dans un communiqué des services de l’État. Cependant, 200 000 m3 menacent toujours de s’effondrer. La situation a quelque peu évolué mais reste toutefois très incertaine pour les habitants du village de La Grave, coupés du monde depuis la fermeture du tunnel.

En revanche, compte tenu de la “minoration du risque”, les chemins de randonnée donnant accès aux GR50 et GR54 sont de nouveau praticables, relate Le Progrès.

Les habitants attendent désespérément le deuxième éboulement

Depuis le 19 juin, la haute Romanche est coupée en deux à hauteur de Mizoën. Un vrai casse-tête pour les automobilistes, qui n’ont d’autre choix que de faire le tour par Gap… Impossible donc de se rendre à La Grave pour rejoindre les glaciers de la Meije, alors même que la saison estivale bat son plein. Dans ces conditions, des conséquences catastrophiques sont à craindre pour le tourisme local et les entreprises de chantier. Un hélicoptère a été mis à la disposition des habitants qui travaillent en Isère, à raison d’une vingtaine de rotations par jour. Mais l’activité dans les communes du haut Oisans tourne au ralenti. Les riverains espèrent donc la chute prochaine de la deuxième partie de la roche.

Quelles solutions ?

En marge d’une conférence de presse à Grenoble le 24 juin dernier, la préfecture de l’Isère avait évoqué la création d’un itinéraire bis en attendant la réouverture du tunnel, envisageable en novembre 2015. Néanmoins, cette route de substitution soumise aux aléas d’avalanches en hiver imposera un accès régulé. Un système qui ne suffira pas à absorber le trafic constaté habituellement sur la RD 1091. Le Premier ministre, Manuel Valls, a promis le soutien de l’État pour financer les travaux nécessaires à la réouverture de la route. Le coût total de cette opération devrait s’élever à 5 millions d’euros.

1 commentaire
  1. jl05100 - 31 juillet 2015

    on peut se demander comment la 6 ème puissance mondiale est incapable de construire 3 km de 2 voies (existante avant les années 30) en 3 mois. Le Pakistan et l'Inde en Himalaya auraient mis un bataillon de constructeur de routes et l'affaire aurait été réglée en 1 mois. De fait la 6ème puissance vend ses Rafales aux Indiens mais abandonne son territoire (40 000 hab) à leur (mauvais destin) cet hiver. Serre Che, La Grave inaccessible cet hiver par la route autrement que par le tunnel du Fréjus (53 € l'A-R). Et tout va bien pour tous. La montagne ça vous gagne qui dit la pub mais eux ça les tue. Merci le PS on s'en souviendra aux régionales.

Les commentaires sont fermés

Faire défiler vers le haut