Thierry Philip
©Tim Douet

À Lyon, Gérard Collomb s'oppose à la gratuité des transports en commun

Le préfet a décidé de mettre en place la circulation alternée à Lyon et Villeurbanne dès ce vendredi 9 décembre. Seuls les véhicules aux plaques d’immatriculation impaires auront le droit de circuler ce jour-là. Michel Delpuech a également invité Gérard Collomb à mettre en œuvre la gratuité des transports en commun.

Contacté ce matin, Thierry Philip, maire du 3e arrondissement et vice-président de la métropole chargé de l’environnement, nous a expliqué que la gratuité des transports n’était pas d’actualité à Lyon. “Est-ce que c’est une mesure efficace, de les rendre gratuits ? Mon opinion est la même que celle de Gérard Collomb, qui est de dire non à la gratuité parce que ça coûte cher et parce que ça fait payer aux citoyens ce qui doit être payé par les utilisateurs”, nous a-t-il répondu.

La gratuité, une solution seulement avant les élections ?

Cette “opinion” du maire de Lyon ne l’a pas toujours été cependant. Le 14 mars 2014, Gérard Collomb avait mis en place la gratuité des transports durant un épisode de pollution, quelques jours après son homologue parisien de l’époque. Ce cas unique de gratuité des transports en commun lyonnais précédait de dix jours le premier tour des élections municipales. Plus proche de nous, la ville mettra tout de même en place la gratuité des transports ce jeudi 8 décembre à partir de 16 heures pour la Fête des Lumières.

D’après Thierry Philip, le Grand Lyon cherche à travailler en amont : “La question qui se pose c’est : est-ce qu’il faut s’agiter les jours de pic ou les éviter ?” Une question à laquelle il a lui-même répondu : “Tous les indicateurs montrent que les mesures que l’on prend doivent être considérablement améliorées. Depuis que Gérard Collomb est maire, tous les indicateurs ont diminué d’au moins 50 % sauf l’ozone et aujourd’hui 70 % des déplacements à Lyon et Villeurbanne se font à pied, à vélo ou en transport en commun. On fait tout ce qui est possible, donc ce pic de pollution est un échec.

“Le pire endroit dans un pic de pollution c’est l’habitacle de la voiture"

Médecin de profession, Thierry Philip précise que “le pire endroit dans un pic de pollution c’est l’habitacle de la voiture alors que le meilleur, c’est le vélo. En ce moment, il faut être responsable. Si on est obligé de prendre sa voiture, il faut covoiturer. Mais il faut par tous les moyens éviter de la prendre. Personnellement, j’irai au Grand Stade en vélo ce soir”.

Le maire du 3e arrondissement nous a aussi annoncé que la mise en place d’une zone de circulation restreinte était à l’étude dans le cadre du plan Oxygène. Dans cette zone, il y aurait “une interdiction de circulation de certains camions ou camionnettes en fonction des vignettes”. Thierry Philip a aussi indiqué vouloir “développer la mise en place d'insert pour remplacer les cheminées grâce à des subventions.

à lire également
Gérard Collomb en visite officielle à Lyon, en septembre 2017 © Tim Douet
Sous le feu des critiques après le meurtre d'Adrien Perez à Meylan, la première adjointe à la municipalité de Grenoble a mis en cause le refus de Gérard Collomb d'expérimenter la police de sécurité du quotidien dans sa ville.
5 commentaires
  1. collectifvalve - 7 décembre 2016

    BRAVO Thierry PHILIP, médecin, cycliste et vice-président de la Métropole de Lyon de promouvoir avec autant de conviction et de pertinence la #solutionvélo ! Elle n'est pas généralise à tous les déplacements mais a de très nombreux car 50% des déplacements font moins de 3 km sur la Métropole de Lyon !

  2. jpg65 - 7 décembre 2016

    surtout Gégé sera toujours un ardent défenseur du tout bagnole!

  3. Gilles - 7 décembre 2016

    Formidable de financer publiquement un réseau de transport en commun et de refuser de le promouvoir au moment le plus opportun contre la pollution. Sous le prétexte poujadiste que 'ça fait payer aux citoyens ce qui doit être payé par les utilisateurs'. Mais Monsieur Collomb, nous sommes les mêmes, à la fois citoyens et utilisateurs. Et nous aimerions que notre réseau de transports en commun soit réellement utilisé pour contribuer à une baisse pérenne de la pollution. Votre refus est un clair encouragement aux automobiliste pour qu'ils continuent à rouler dans leurs véhicules diesels émetteurs de particules fines, au lieu d'utiliser transports en communs et vélos.

  4. guidoline - 8 décembre 2016

    'ça fait payer aux citoyens ce qui doit être payé par les utilisateurs' !! J'ai rarement lu une phrase plus déconnectée de la réalité. Citoyens et utilisateurs sont les mêmes personnes… Si l'on ne fait pas la promotion des TC dans une période pareille, alors on ne la fera jamais. Gégé mérite une bonne pneumonie.

  5. Cachalito - 8 décembre 2016

    A ceux qui ont cru voter pour un Maire de gauche, la réponse apportée une fois de plus par ses décisions ne laisse aucun doute sur la supercherie .

Les commentaires sont fermés

d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires

réseaux sociaux
Faire défiler vers le haut