Test : Faut-il acheter une Xbox One pour jouer à Titanfall ?

TestJeu d'action à base de gros robots qui se tapent dessus, Titanfall est enfin disponible sur Xbox One et PC. Ce titre qui ne sortira pas sur PlayStation 4, mérite-t-il qu'on achète une Xbox One à 499 euros pour pouvoir y jouer ? Verdict.

Lire aussi : Titanfall sur PC et Xbox One : nos captures d'écran et vidéos

Dans un futur lointain, l'homme est parvenu à conquérir d'autres planètes. Ces nouveaux territoires, remplis de ressources naturelles, vont être l'objet d'une guerre sans concession entre deux factions ennemies. Ne cherchez pas un scénario plus poussé : Titanfall en est dénué. Il n'y a qu'une seule chose à retenir, les armées utilisent désormais des gros robots pour se battre entre elles. Tant mieux pour nous, c'est bien tout l'intérêt de ce nouveau jeu vidéo. Dans Titanfall, chaque soldat peut appeler son robot pour prendre place à l'intérieur ou l'utiliser comme garde du corps de luxe.

Don't stop

Dès lors, l'action est quasi continue. Après avoir détruit une dizaine de robots ennemis, tout en escaladant des maisons et en marchant sur les murs, le pilote peut appeler son immense robot qui tombe alors du ciel. Sans jamais s'arrêter, il court vers son armure de métal qui l'agrippe au passage et le place en son cœur. Les missiles volent dans tous les sens. Les armes crachent leur déluge de balles et les robots s'affrontent au milieu du champ de bataille. Rien ne va plus, le titan est trop endommagé pour continuer son combat. Notre pilote s’éjecte et son robot explose dans un fracas nucléaire, détruisant au passage deux ennemis qui s'acharnaient sur lui. Pas le temps de respirer, tout en retombant dans les airs, le soldat tue en plein vol un autre joueur qui s'était lui aussi éjecté. Tout cela vient de se dérouler en moins de deux minutes : bienvenue dans Titanfall.

)

Pas de solo, uniquement du multijoueur

Le titre ne se démarque donc pas par son histoire, encore moins par son mode solo tout simplement inexistant. Les joutes se déroulent avec d'autres joueurs en ligne, y compris la pseudo campagne à peine scénarisée qui fait office de tutoriel du pauvre. Malheureusement obligatoire pour débloquer tous les types de robots, elle force le joueur à parcourir une trame sans grand intérêt en compagnie de cinq alliés et face à six adversaires. Dès lors, les parties de Titanfall se déroulent toujours entre douze joueurs, accompagnés de nombreux soldats contrôlés par la console pour ajouter un peu de vie à l'ensemble. Malgré les apparences qui laisseraient penser que douze participants restent assez peu au final, on ne s'ennuie jamais.

Run for your life

La force de Titanfall réside incontestablement dans son gameplay, nerveux et sans concession, où les réflexes et la stratégie passent avant tout le reste. Que l'on soit un simple soldat se déplaçant en courant sur le champ de bataille ou bien un pilote niché à l'intérieur de son robot, les affrontements prennent régulièrement un tournant épique tout simplement jouissif. Pour ajouter encore plus d'intérêt à l'ensemble, les quinze cartes où se déroulent les affrontements sont toujours pensées sur plusieurs niveaux. Par conséquent, la menace peut arrive d'en bas comme d'en haut et à plus d'une reprise, Titanfall rappelle le jeu Mirror's Edge. Comme dans ce dernier, il est possible de courir sur les murs ou de grimper facilement en haut des immeubles pour échapper un peu plus facilement aux regards des ennemis. Toute position statique entraînera automatiquement une mort certaine aux grands détriments des campeurs, ces joueurs qui se contentent de se cacher dans un coin et d'arroser à distance leurs ennemis. Ils ne font généralement pas long feu au milieu de la fureur et du tumulte. Dans Titanfall courir pour sa vie n'aura jamais eu autant de sens.

David contre les Titans

Visiblement inspirés de David contre Goliath les développeurs ont choisi de fournir des armes suffisamment puissantes aux soldats pour qu'ils puissent également se débarrasser des robots sans trop de mal. Là encore, l'expérience jouissive est au rendez-vous. On se plaît ainsi à courir entre les jambes des titans pour grimper sur leur dos puis les détruire en s'attaquant directement à leurs points faibles. Parallèlement, malgré de nombreux effets visuels, notamment en matière de fumée et de particules qui contribuent à l'ambiance apocalyptique du titre, on regrettera cependant un aspect graphique moyen sur Xbox One, et plus que correct sur PC. Le jeu semble parfois venir d'une génération précédente et privilégie avant tout la fluidité des affrontements sur la claque graphique. Néanmoins, des ralentissements se font parfois ressentir sur Xbox One, enlevant un peu de magie à l'ensemble.

Pauvre et riche à la fois

Jeu riche et pauvre à la fois, Titanfall est un immense paradoxe. Le titre a énormément à offrir en matière de gameplay, tout en étant trop avare en ce qui concerne son contenu. Bien qu'il existe de nombreuses manières d'aborder chaque partie, les modes de jeu proposés restent largement insuffisants. Au nombre de cinq, ils ne sortent pas du lot et manquent cruellement d'originalité. Il faudra se contenter essentiellement de tuer des ennemis ou bien des capturer des points sur une carte. Seule exception, le mode « Dernier Titan debout » permet à tous les joueurs de commencer la partie aux commandes d'un robot. Une fois ce dernier détruit, aucun retour ne sera possible et l'équipe qui sera parvenue à conserver une majorité de machines remporte la manche.

Un manque de contenu

Par ailleurs, seulement trois classes de soldats sont proposées, ainsi que trois types de robots (un lourd, mais solide, un léger, mais fragile, et enfin un plus équilibré). Toujours dans le manque de contenu, les armes à débloquer sont inférieures à la dizaine tout comme les bonus offensifs ou défensifs pour les pilotes comme les robots. Pour rajouter un peu de corps à cet ensemble limité, des cartes, permettant d'obtenir des avantages pendant quelques minutes, se débloquent en fonction d'objectifs à remplir. Dans tous les cas, les développeurs auraient pu être clairement plus généreux surtout qu'il est simple arriver rapidement au niveau 50, le plus élevé. Il est alors possible d'accepter de recommencer à zéro et de recevoir en échange des cartes bonus encore plus puissantes. Cela suffira-t-il à maintenir l'intérêt des joueurs pendant de long mois ? Rien n'est moins sûr. Titanfall plaira avant tout aux amateurs de jeux vidéo compétitifs, mais pourraient lasser ceux qui recherchent avant tout une expérience originale et dépaysante. Enfin du contenu supplémentaire sera proposé durant un an en téléchargement payant. Cela reste toujours rageant quand le jeu d'origine manque cruellement d'éléments à la base.

)

Verdict

Titanfall est typiquement le genre de jeu sur lequel on peut passer quatre heures avant de le revendre comme une bonne dizaine d'années tout en espérant que sa console ne lâche pas sous le poids des âges. Les adeptes de mode multijoueur compétitif devraient sans aucun doute y trouver leur compte tandis que ceux qui espéraient vivre une grande histoire avec de multiples rebondissements scénarisés seront déçus. Dès lors, Titanfall mérite-t-il qu'on achète une Xbox One simplement pour pouvoir y jouer ? Sans aucun doute non. Bien que le titre soit excellent quand on adhère à son principe, le manque de contenu reste pour l'instant préjudiciable. Ce n'est pas encore le jeu qui fera vendre des millions de Xbox One. Néanmoins, il fait déjà partie des incontournables à acquérir en priorité lorsque l'on achète la console pour de multiples raisons. C'est peut-être là l'essentiel.

Titanfall sur Xbox One, 69 euros, sur PC, 59 euros.

à lire également
PIerre Hémon (EELV) © Tim Douet / Gérard Collomb © Tim Douet / Sandrine Runel (PS) © Métropole de Lyon / Nathalie Perrin-Gilbert (Gram) © Tim Douet / Raphaël Debû (PC) © Lyon Capitale / Renaud Payre (La Manufacture de la Cité) © Tim Douet (montage LC)
Théoriquement, au lendemain des élections européennes, la gauche pèse près de 40 % à Lyon et dans la métropole. Mais ce score semble illusoire tant les différents partis qui composent cet axe politique sont structurés par des ambitions personnelles, voire des trahisons collectives. Tour d’horizon des sept familles de la gauche lyonnaise. EELV, le clivage du […]
d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires
Faire défiler vers le haut