PS4, Xbox One et PC : 5 bonnes raisons de rejouer à GTA V

GTA V sortira sur PS4 et Xbox One le 18 novembre 2014. La version PC débarquera pour sa part le 27 janvier 2015. Même si vous avez déjà fini le jeu sur PS3 ou Xbox 360, voici cinq bonnes raisons de rejouer à GTA V.

Article initialement publié le 10 juin 2014, complété le 12 septembre 2014.

Acheter une deuxième fois un jeu vidéo déjà terminé, quelle hérésie n'est-ce pas ? L'ère est au remake Full HD de titres qui sont déjà sortis sur Xbox 360 ou PS3. Tomb Raider ou bien encore Last of Us ont eu les honneurs d'éditions "remastérisées". À la rentrée la saga Halo reviendra sur Xbox One avec une compilation de tous les titres déjà sortis. Tous ces jeux ne sont pourtant pas autant attendus que la version PC, PS4 et Xbox One de Grand Theft Auto V. Le dernier titre de la saga culte va enfin avoir les honneurs d'une version aux graphismes améliorés. Même si vous avez déjà eu l'occasion de terminer cette perle, voici cinq bonnes raisons d'y rejouer.

1) Un scénario digne d'un grand film

Les médias retiennent souvent l'hyperviolence des jeux GTA, mais oublient qu'il s'agit avant tout de titres dotés de solides scénarios qui n'ont rien à envier à Hollywood. GTA V ne déroge pas à la règle avec une histoire qui parvient à mélanger habilement humour et tension. La narration tournant autour de trois personnages principaux est d'une exemplarité sans pareil. GTA V mérite clairement d'être rejoué rien que pour revivre une histoire passionnante du début à la fin.

2) GTA V est beau

Avec Grand Theft Auto V, les vieilles Xbox 360 et PS3 ont prouvé qu'elles n'étaient pas encore mortes. Alors que tout le monde avait les yeux rivés sur l'arrivée de la PS4 et de la Xbox One, les studios Rockstar ont réussi à produire un jeu magnifique sur les consoles d'anciennes générations. Les graphismes de GTA V n'étaient peut-être pas d'une finesse renversante, mais la multitude de détails et les effets de lumière ont clairement permis de faire la différence. Sur PS4, PC et Xbox One, le jeu devrait donc être sublimé et donner une belle leçon à d'autres titres.

3) Il faut plus de deux mois pour visiter Los Santos

Ubisoft, éditeur de Watch Dogs s'était moqué de GTA V lors de sa sortie à travers un tweet sans équivoque : "deux mois suffisent pour visiter Los Santos". Watch Dogs est enfin sorti et les joueurs ont surtout constaté de nombreux bugs qui gâchent un peu l'aventure comme des soucis de sauvegarde. Par ailleurs, deux mois ne suffisent pas pour visiter GTA V tant le jeu regorge de secrets et autres activités comme le parachute, le bmx ou bien encore faire n'importe quoi histoire de se détendre quelques minutes. Neuf mois après la sortie du jeu sur PS3 et Xbox 360, de nombreux fans continuent de s'amuser sur GTA V et poursuivent l'aventure même une fois le scénario principal terminé.

4) Le multijoueur

Seize joueurs lâchés sur une immense carte, GTA V se distingue également grâce à son mode multi. Missions en coopération, courses, golf, tennis, braquages, ou bien concours de cascades et autre grand n'importe quoi (bis) : les possibilités ne manquent pas, garantissant de longues heures de jeux. Les plus créatifs peuvent également proposer du contenu aux autres participants pour prolonger un peu plus les joutes épiques. Par ailleurs, bonne nouvelle pour ceux qui ont passé du temps sur le multijoueur, il sera possible d'exporter ses sauvegardes sur PS4 et Xbox One et de ne pas perdre sa progression.

5) Les mods sur PC

GTA 4 a bénéficié d'une cure de jouvence grâce aux nombreux "moddeurs", des joueurs qui ont transformé le jeu d'origine pour lui apporter des nouveautés et modifications. Ces "mods" sont divers et variés allant d'une amélioration graphique du titre à l'ajout de personnages comme Iron Man ou les Tortues ninja. Des créateurs ont même proposé la voiture de Retour vers le futur en téléchargement, traces de pneus enflammées incluses. L'arrivée de GTA V sur PC est donc une excellente nouvelle pour les "moddeurs" ainsi que les joueurs. Grâce à cette communauté active, GTA V a de beaux jours devant lui.

à lire également
PIerre Hémon (EELV) © Tim Douet / Gérard Collomb © Tim Douet / Sandrine Runel (PS) © Métropole de Lyon / Nathalie Perrin-Gilbert (Gram) © Tim Douet / Raphaël Debû (PC) © Lyon Capitale / Renaud Payre (La Manufacture de la Cité) © Tim Douet (montage LC)
Théoriquement, au lendemain des élections européennes, la gauche pèse près de 40 % à Lyon et dans la métropole. Mais ce score semble illusoire tant les différents partis qui composent cet axe politique sont structurés par des ambitions personnelles, voire des trahisons collectives. Tour d’horizon des sept familles de la gauche lyonnaise. EELV, le clivage du […]
Faire défiler vers le haut