Les héros vieillissent : The Dark Knight Returns.

En 1986, le monde de la bande dessinée américaine a vécu une double révolution. La plus connue fut sans aucun doute la sortie des Watchmen d’Alan Moore qui ont été adaptés au cinéma dernièrement. Pourtant, quelques mois auparavant, le scénariste Frank Miller avait déjà préparé le terrain à des héros plus matures. Sa vision d’un Batman vieillissant dans The Dark Knight returns reste encore aujourd’hui l’une des meilleures histoires du genre. Après avoir l’avoir édité une première fois dans un format de luxe accompagné de sa suite controversée, Panini vient de faire le choix d’une nouvelle sortie sans fioriture à un prix plus abordable.

Dans un futur indéterminé, la Guerre Froid n’a jamais cessé. Les héros ont disparus. Seul subsiste Superman qui n’est plus que le laquais d’une Amérique fasciste. Batman n’a plus été vu depuis de nombreuses années, et désormais beaucoup doutent qu’il ait réellement existé un jour.

Bruce Waynes qui fut autrefois l’homme chauve-souris n’est plus qu’un vieillard dépressif. Seul devant sa télé, il est le témoin d’un monde qui court à sa perte. Mais lorsque la rage se fait plus forte que la raison, il n’a plus d’autre choix que d’accepter son destin et de redevenir un symbole de justice.
Malgré leur titre proche, le film de Christopher Nolan sorti en 2008 n’entretient qu’un lien très éloigné avec la bande dessinée du même nom. Pourtant, sans elle, Batman ne serait sans doute jamais rentré dans l’âge de la maturité. La série télé des années 60 avait rendu le personnage terriblement kitsch. Durant la décennie suivante, les scénaristes tentèrent de redonner à Batman son côté sombre et prédateur. Avec The Dark Knight returns, Frank Miller enfonce définitivement le personnage dans une noirceur qu’il conserve encore aujourd’hui.

Batman n’est pas un héros, mais bien un chevalier noir à la limite de la folie dont le seul but est de mettre un terme à la criminalité. Ainsi The Dark Knight returns dévoile tous les paradoxes d’un homme prêt à tout pour faire régner la loi, mais qui demeure pourtant profondément libertaire. Dès lors, que ce soit dans sa réflexion sur les médias, sur la transmission du savoir, ou tout simplement en ce qui concerne les super héros en général, le scénariste Frank Miller impressionne par sa maitrise et son talent. Bien que le terme soit aujourd’hui souvent galvaudé, The Dark Knight returns est incontestablement un chef d’œuvre de la bande dessinée.
Batman : The Dark Knight returns, Panini, 30 €. Déjà disponible.

à lire également
Decitre, le groupe lyonnais de librairies, est en négociation avec Le Furet du Nord pour être vendu. Une cession qui pourrait voir lieu avant la fin de l'année. 
d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires
Faire défiler vers le haut