Le siège d’Interpol à Lyon © Tim Douet
Interpol, l'organisation basée à Lyon élira un nouveau président ce mercredi 21 novembre, après la démission de Meng Hongwei, disparu mystérieusement en Chine (lire ici). Le Russe Alexander Rokopchuk est en lice pour obtenir cette présidence, soulevant la question de l'utilisation politique d'Interpol. En mai 2017, nous consacrions un article sur le scandale des notices rouges avec des régimes autoritaires qui peuvent les utiliser pour poursuivre journalistes ou dissidents politiques.
 Sous protection policière avec ses deux enfants de sept ans à Lyon, l'épouse de l'ex-patron d'Interpol détenu en Chine depuis bientôt un mois met en cause la "campagne anticorruption" menée par le président Xi Jigping à son arrivée au pouvoir, "devenue un outil de persécution politique". À Lyon, Grace Meng est toujours sans nouvelle de son […]
Wei Jingsheng, à Lyon, en avril 2017 © Tim Douet
ENTRETIEN – Contacté par Lyon Capitale, le dissident chinois Wei Jingsheng appelle Interpol à se préoccuper des violations des droits de l'homme par la Chine.
Siège Interpol Lyon
Interpol, une police sous influence ? diffusé sur Arte ce mardi a fait largement réagir téléspectateurs et internautes. Les deux journalistes indépendants qui ont travaillé le sujet pendant plusieurs années mettent en cause le financement de l’organisation par de puissantes institutions et entreprises privées, comme la Fifa ou Philip Morris, ou des États comme le Qatar.
Siège Interpol Lyon
Basée à Lyon, l'organisation de coopération policière internationale a tenté de réformer son système de "notices rouges" au printemps, afin d'éviter une utilisation politique du système. Mais ces réformes s'avèrent insuffisantes pour empêcher les régimes autoritaires de détourner l'utilisation d'Interpol.
Pas d'image
Durant sa visite à Lyon, le dissident chinois Wei Jingsheng largement critiqué la nomination. Meng Hongwei, vice-ministre de la Sécurité publique en Chine à la présidence d’Interpol. "Bien sûr ! Le fait que le président d’Interpol soit chinois va influencer la structure et les décisions de l’organisation, notamment pour les dissidents chinois résidant à l‘étranger. Mais […]
Wei Jingsheng à l'ISCPA
Quatre-vingt personnes étaient réunies ce mercredi autour du "plus dangereux des dissidents chinois", Wei Jingsheng. Dans le cadre d’une conférence organisée par Lyon Capitale à l’ISCPA de Lyon, le "père du mouvement démocratique chinois" a exposé ses inquiétudes quant à l’élection de Meng Hongwei, chef de la police secrète chinoise, à la tête d’Interpol.
Wei Jingsheng
Le “père du mouvement démocratique chinois”, Wei Jingsheng, est à Lyon pour exprimer ses craintes sur l’élection à la présidence de l’organisation internationale de police du ministre de la Sécurité publique en Chine, qui serait également le chef de la police secrète du régime communiste chinois.

Posts navigation

1 2 3