Wolfsburg – OL : les Lyonnaises à nouveau reines d'Europe

Ce jeudi 26 mai, l'Olympique lyonnais remporte sa troisième Ligue des champions en gagnant face au VfL Wolfsburg. Au terme d'un match à suspens, les Lyonnaises l'emportent aux tirs au but (1-1, puis 3-4 au t.a.b).

Avec R.B, notre envoyé spécial à Reggio Emilia

Il y avait de nombreuses Lyonnaises en larmes jeudi soir, sur la pelouse du stade Città del Tricolore. Si Amandine Henry, Lousia Necib et Lotta Schelin, qui disputaient leur dernier match, sous les couleurs de l’OL, étaient particulièrement déçues, c’est toute l’équipe lyonnaise qui a exprimé sa joie de remporter cette Ligue des champions. Il y avait des larmes mais surtout l’immense fierté d’avoir réussi ce défi de taille. Au terme d’un match pas très relevé et guère passionnant, c’est Lyon qui a rapidement pris le dessus sur l’équipe allemande de Wolfsburg. Déterminées à quitter l’Italie avec le statut de championnes d’Europe, les Fenottes ont fait la différence lors du premier quart d’heure grâce à Ada Hegerberg. Du pied droit, la perle norvégienne de 20 ans a délivré les siens à la 12e minute (0-1). Un but, le 13e de la saison en Ligue des champions, pour Hegerberg, épaulée par Lotta Schelin à partir des dernieres de minutes du temps réglementaire.

Une finale jusqu’au bout du suspense

Une période où l’OL pensait pouvoir gérer tranquillement les velléités offensives des joueuses de Ralf Kellermann. Alors que l’entraîneur lyonnais Gérard Prêcheur souhaitait à la mi-temps « maîtriser le match, tout en déséquilibrant l’équipe de Wolfsburg par les ailes », c’est justement par là que les Rhodaniennes concèdent l’égalisation. Sur un long centre venu du couloir gauche allemand, Alexandra Popp prend l’avantage sur Sarah Bouhaddi et la défense lyonnaise, sautant plus haut que la gardienne de l’équipe de France. Prolongations, et retour à la réalité pour Lyon.
Celles-ci semblent plus fébriles, à l’image de la reprise de volée croquée par Lotta Schelin, à quelques minute de la fin de la première période. Manquant de réussite, aucune des deux équipes ne parvient à concrétiser le peu d’occasion à se mettre sous la dent au cours des trente dernières minutes, qui débouchent sans surprise sur une séance de tirs au but. La tension est à son comble, l’ambiance irrespirable, les deux équipes au coude à coude et ne se lâchent pas.

Lotta Schelin, délivrance pour un troisième titre historique

La lumière viendra, après une tentative ratée d’Hegerberg, de Lotta Schelin. Peut-être logique au regard de son bilan impressionnant au terme de 8 années passées entre Rhône et Saône, son pied droit vient au secours des Fenottes, et ouvre les quatre réalisations lyonnaises consécutives, tandis que Sarah Bouhaddi compense sa sortie manquée lors de l’égalisation et stoppe les deux dernières tentatives de Fisher et Bussaglia (3-4). Explosion de joie, l’Olympique lyonnais est sacré pour la troisième fois champion d’Europe. Des larmes de joies coulant le long des joues de Schelin, Hegerberg et Necib, cette dernière se montrant particulièrement émue : « C’est un mélange de beaucoup d’émotions, je suis super heureuse, annonce-t-elle. » C’est aussi un« immense bonheur », pour Jean-Michel Aulas, qui avoue malgré tout s’être « liquéfié au cours du match. »
Contrastant avec la légitime déception des Allemandes, qui ont « montré leurs valeurs », selon Dickermann, c’est Lyon qui soulève cette Ligue des champions 2016. Un succès historique, qui clôt de la plus belle des manières l’aventure de trois joueuses dont l’Olympique lyonnais se souviendra longtemps.

à lire également
Grand stade Parc OL
De nouvelles mesures ont été annoncées ces derniers jours pour tenter d'enrayer l'épidémie de coronavirus dans la région. La jauge maximale autorisée pour les grands rassemblements a été abaissée à 1 000 personnes à Lyon, contre 5 000 précédemment. Le club rhodanien trouve cela "injuste".
Faire défiler vers le haut