Vincent Collet : "Personne ne nous fera de cadeaux"

L’ASVEL s’est inclinée devant Dijon ce vendredi lors du premier match de la saison de Pro A (75-81). Vincent Collet estime que son équipe n’est pas encore prête.

Vous aviez pourtant prévenu vos joueurs sur l’importance de ce premier match contre Dijon…

Vincent Collet : Effectivement. De toute façon, il ne faut pas connaître le sport pour penser que ça ne puisse pas arriver. C’est pour cela que j’avais prévenu assez sèchement jeudi lors du point presse. Le scénario qu’on pouvait craindre et redouter est arrivé. A savoir qu’on n’a jamais été en mesure de véritablement les empêcher de jouer le jeu qu’ils souhaitaient jouer. En première mi-temps, ça ressemblait plus à un match amical ou en tout cas à un show. Il faut reconnaître que cette équipe de Dijon a du talent. Ils ont fait un gros match.

Cette défaite est un échec collectif, car on n'a pas vu de groupe ce soir…

Il ne faut pas exagérer non plus. On a tout même fait 18 passes. On ne peut pas dire qu’il n’y avait pas de groupe. Après, c’est vrai, qu’on n'a pas montré suffisamment de dureté et de collectif. Ce soir (vendredi), c’était pas suffisant dans les intentions pour freiner Dijon. Je tiens aussi à dire, qu’à la fin de la rencontre, il y a eu quelques décisions arbitrales litigieuses.

Considérez-vous ce revers comme un gros avertissement ?

Oui, même si je ne suis pas plus surpris que ça. Notre équipe n’est pas prête. Enfin, pas complètement. Il va falloir continuer à travailler. On se doit d’être opérationnel, car on l’a bien vu ce vendredi contre Dijon, cette saison, personne ne nous fera de cadeaux.

Les commentaires sont fermés

d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires
Faire défiler vers le haut