Quotas dans les effectifs de Ligue 1 : une réforme favorable à l'OL  ?

La Ligue de football professionnel (LFP) souhaiterait instaurer des quotas dans les effectifs du championnat de France.

Selon le journal Le Parisien, la Ligue de football professionnel plancherait actuellement sur une réforme du championnat de France de football. Une réforme d'envergure qui imposerait des quotas de joueurs formés localement pour relancer l’intérêt du championnat. Des quotas qui pourraient être appliqués à deux égards. Premièrement, limiter les effectifs à 25 joueurs, dont huit formés sur le territoire et quatre au club comme en Italie ou en Ligue des champions. Secondement, appliquer ces mêmes quotas aux feuilles de match où seuls 18 joueurs sont inscrits.

Une réforme qui devrait faire plaisir au président de l'OL Jean-Michel Aulas, porte-voix de la critique contre l’hégémonie parisienne. En effet, l'esprit de ce nouveau règlement serait de favoriser les clubs dits "formateurs" et il est évident que l'OL tirerait parti de cette modification puisque l'effectif du club est très largement composé de joueurs formés localement ou en France. Le travail engagé par le club dans son centre de formation s’en trouverait donc récompensé, mais les principaux adversaires de Lyon sont aussi armés pour faire face à cette réforme.

Une réforme pour rien ?

Visé directement, le PSG s'en sortirait tout de même. L'effectif parisien compte actuellement sept joueurs formés au club (Areola, Kimpembe, Rabiot, Georgen, Callegari, Augustin, Nkunku) et cinq formés en France (Aurier, Kurzawa, Ben Arfa, Krychowiak, Matuidi) et les équipes jeunes du club de la capitale sont parmi les meilleures de France (champions de France U19 et U17). Le club parisien serait donc contraint d’aligner moins de stars sur son banc de touche, mais ne serait pas vraiment affaibli.

En l'état actuel des choses, la réforme ne modifierait donc pas grandement la hiérarchie du football français (l'AS Monaco étant historiquement un bon club formateur). Mais elle obligerait les clubs français à garder leurs talents ou à acheter français, à l'inverse de ce qu'a fait le PSG avec Kinglsey Coman ou Rennes avec Ousmane Dembélé. L’objectif étant in fine d’améliorer le spectacle en ligue 1.

à lire également
Tout juste auréolé d'un 19e titre de champion de France, le club de basket de Lyon-Villeurbanne a entériné son rapprochement avec l'Olympique Lyonnais de Jean-Michel Aulas au début de l'été. Une période charnière pour l'Asvel, dont le président, Tony Parker, livre la stratégie à Lyon Capitale.
d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires

réseaux sociaux
Faire défiler vers le haut