OL : Lyon coule à Nice "chez Puel" (vidéo)

L’Olympique lyonnais s’est incliné mercredi à Nice (3-1), club entraîné depuis cet été par un certain Claude Puel. L’OL sort par la toute petite porte de la Coupe de la Ligue.

Débouté à deux reprises en référé, où Claude Puel réclamait 5M d’euros d’indemnités de licenciement à l’OL, le technicien azuréen a remporté haut la main la troisième manche. Sur le terrain. Sous le déluge niçois, Lyon a vite pris l’eau. Avant de boire complètement la tasse. Au bout d’un quart d’heure, la rencontre était (presque) déjà terminée. La faute à une défense lyonnaise aux aboies et en particulier à un Bakary Koné en grosse difficulté. Comme lors de ses rares apparitions cette saison.

Organisé dans un 4-3-1-2 expérimental, avec le retour de Yoann Gourcuff – plutôt bien en jambes - en meneur de jeu, l’OL n’a pas eu le temps de prendre ses marques. Le jeune et talentueux Anthony Lopes, pour son premier match professionnel dans la cage rhodanienne, a même eu le malheur d’encaisser trois buts sans toucher le ballon… Eysseric (5ème), Traoré (9ème) et Civelli (15ème) ont très vite donné un avantage conséquent aux coéquipiers de Pied et Kolodziejczak, deux ex-gones désormais à Nice. Entre temps, Gomis (7ème) avait marqué pour l’OL sur une belle action collective. Bien insuffisant.

"Merci, merci, merci Claude Puel"

Cueilli à froid, et privé de Gonalons dans l’entrejeu, Lyon n’a jamais réussi à réagir. Trop imprécis, même si la doublette Malbranque-Gourcuff a donné quelques gages de satisfaction. Et d’idées pour la suite. Sur un terrain détrempé, les Rhodaniens ont été surclassés dans l’envie par une équipe forgée pour et par Claude Puel. Sans grand talent mais avec une volonté de tous les instants. Sans génie mais avec une âme. Le Stade du Ray, ravi, peut même se permettre de chambrer en clamant des "Merci, merci, merci Claude Puel". Jean-Michel Aulas, retenu pour affaires, n’a pas eu à supporter un tel affront. L’histoire ne dit pas si Bernard Lacombe a participé aux ébats…

Pour l’OL, cette élimination est bien malvenue. Avec des finances en berne, Lyon ne peut plus, ou très difficilement, lutter pour le titre. Les Coupes demeurent le seul moyen d’embellir l’armoire à trophées. Et certains joueurs, absents ou laissés au repos, ont manqué (Gonalons, Lovren notamment). Enormément. L’avenir donnera raison, ou pas, à Rémi Garde.

à lire également
Le milieu de terrain de l’OL Tanguy Ndombele – FC Sion/OL, 13 juillet 2018 © Fabrice Coffrini / AFP
Incontestablement, Tanguy Ndombele (21 ans) est la plaque tournante de l’Olympique lyonnais. Si le milieu de terrain excelle balle au pied, il affiche un tout autre visage en dehors du rectangle vert.
1 commentaire
  1. nonmaiscepaspourdire - 1 novembre 2012

    Vu l'effectif et surtout la qualité du banc Lyonnais, il est préférable de ne pas trop jouer de matches. Donc cette défaite est finalement positive pour le club, il me semble. Ceci dit, j'avais oublié comment Puel avait l'art de pourrir les matches, du coup j'ai lâché avant la fin.

Les commentaires sont fermés

d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires
Faire défiler vers le haut