Lyon, par la petite porte (vidéo)

L’OL est éliminé de la Coupe de France. Sans gloire. Logiquement battus à Nice (1-0 a.p.), les Rhodaniens n’ont pas confirmé leurs bonnes dispositions actuelles. Un espoir de trophée s’envole, un de plus.

Sorti de la coupe de la Ligue en huitièmes de finale par le Paris-SG, l’OL ne verra même pas les huitièmes de la Vieille Dame. La faute à une valeureuse équipe de Nice, joueuse et déterminée. La faute aussi à une faible formation lyonnaise sans idées et hors du coup. Et dire que la Coupe de France était, sans aucun doute, la compétition la plus abordable pour Lyon, désireux de garnir de nouveau son étagère de trophées cette saison. Il faudra repasser. Une immense déception.

La rencontre débute sans véritable rythme. En cette période de grand froid, personne n’ose se découvrir. Lyon, au-dessus techniquement, semble maîtriser les opérations mais les Olympiens ne parviennent pas à réellement inquiéter l’arrière-garde adverse. Devant l’impuissance lyonnaise, les locaux, généreux, se lâchent et se créent une énorme occasion juste avant la pause. Débarrassé d’un Cris trop court, Eric Mouloungui, seul devant la cage, bute sur un Hugo Lloris une nouvelle fois décisif (40ème). 0-0 à la mi-temps au terme d’une première période insipide.

Battu dans l’agressivité

Les Niçois reviennent des vestiaires avec les mêmes intentions. Battus dans l’agressivité, les Gones subissent. Dominés dans l’entrejeu, peu inspirés, sans aucune créativité, les hommes de Puel rendent une bien pâle copie. Un onze lyonnais pourtant quasi-type avec le retour de ses blessés. Encore faudrait-il que ses titulaires soient au niveau. Entre un Lisandro brouillon, un Gourcuff inexistant, un Cris hésitant et un Toulalan inefficace, l’OL était bien loin du compte, abandonné par ses cadres. Hormis Lloris, toujours impeccable. Bref, à part une belle reprise de Gomis, une nouvelle fois l’un des meilleurs olympiens dimanche soir, la bande à Puel s’est montrée bien impuissante.

En fin de match, les locaux paient leur grosse débauche d’énergie. On se dit alors que l’OL, au-dessus physiquement, va se balader pendant les prolongations. Que nenni. Surmotivés, les Aiglons continuent à dominer les débats devant des visiteurs impuissants. Et ce qui devait arriver arriva. Sur un corner de Mounier, Clerc, après un cafouillage dans la surface, reprend le cuir et l’expédie dans la cage rhodanienne (98ème). Les deux ex-Lyonnais, formés entre Rhône et Saône, crucifient leurs anciens coéquipiers. Dans la foulée, Dejan Lovren, plutôt intéressant dimanche soir, est expulsé par Monsieur Piccirillo (99ème). Le match vient de basculer en deux petites minutes. Jimmy Briand et César Delgado entreront mais l’OL ne reviendra jamais. Un véritable coup d’arrêt. Et Lyon ne peut s’en prendre qu’à lui.

d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires

réseaux sociaux

Nos BD
Faire défiler vers le haut