Lyon a-t-il trouvé le nouveau Govou ?

Jimmy Briand devrait signer en faveur de l'Olympique Lyonnais dans les prochains jours. Portrait.

Après neuf ans passés en Bretagne, Jimmy Briand devrait s'engager avec l'Olympique Lyonnais ces prochains jours. Différentes raisons peuvent expliquer le choix du club rhodanien. Tout d'abord, cet ailier moderne à la polyvalence reconnue – il préfère évoluer en pointe mais ses entraîneurs successifs l'utilisent sur le côté droit – est le remplaçant idéal à l'emblématique Sidney Govou, qui a décidé à la fin de la saison de quitter son club de cœur. Briand allie vitesse et technique et surtout ne rechigne aux tâches défensives, cette dernière qualité étant très appréciée par Claude Puel. Ensuite, ce choix est aussi d'ordre économique.

Quand Lyon lorgnait sur son ancien joyau Loïc Rémy, estimé à 12 millions d'euros par l'OGC Nice, le Rennais avait pris soin de négocier une clause dans son nouveau contrat qui le libérerait pour ''seulement'' 6 millions d'euros. En ces temps de crise économique et de suppression du DIC (Droit à l'Image Collective), l'aspect financier est une donnée importante. Enfin, pour l'Antillais, porter les couleurs du club de la capitale des Gaules lui permettra de jouer les premiers rôles en Ligue 1 et de découvrir la Ligue des champions. Son arrivée entre Rhône et Saône marque une étape supplémentaire dans sa progression.

A 13 ans, Jimmy Briand intègre l'Institut National du Football (INF) à Clairefontaine. Il franchit ainsi toutes les sélections de jeunes, des moins de 16 ans aux espoirs, inscrit au total 31 buts en 66 sélections et bat même le record du nombre de buts inscrits, détenu par Thierry Henry. En 2001, sa formation se termine et le Stade Rennais l'accueille à bras ouverts . Ses formateurs bretons le décrivent alors comme ''un garçon doué qui possédait déjà des qualités de vitesse'' et qui ''réussissait à progresser chaque année''.

"On ressort toujours plus fort d'une blessure"

En 2003, tout s'accélère pour Briand. ''Jimbo'', comme le surnomment affectueusement ses coéquipiers, passe professionnel en étant plongé dans le grand bain par Vahid Halilhodzic le 20 mai 2003 contre le PSG. "Un grand moment", selon le joueur. Une dizaine de jours plus tard, il remporte la Coupe Gambardella dans une équipe où figure un certain Yohann Gourcuff. Inscrivant la première ligne à son CV, le natif de Vitry-sur-Seine (Val-de-Marne) va s'imposer petit à petit dans l'équipe-type de Rennes. La saison 2006/2007 est celle de la consécration. L'attaquant contribue à la quatrième place de son club en inscrivant 9 buts et en distillant 8 passes décisives en 35 matches. Ces statistiques montrent bien la polyvalence de l'ex-''Rouge et Noir'', s'il fallait encore la démontrer. C'est tout naturellement que sa progression se poursuit en intégrant la sélection A de l'Équipe de France le 11 octobre 2008 lors de l'épique Roumanie-France (2-2).

Trois sélections plus tard, son premier coup dur intervient. Pendant un rassemblement avec les Bleus en mars 2009 et alors qu'il était pressenti pour être titulaire contre la Lituanie, un choc avec Cédric Carrasso brise son élan. Verdict : rupture des ligaments croisés du genou gauche et luxation de la rotule de ce même genou. Malgré ses neuf mois d'indisponibilités, Jimmy Briand ne baisse pas les bras et affirme dans les colonnes du quotidien Var Matin " qu'on ressort toujours plus fort d'une blessure". Son retour en novembre 2009 contre Nancy lui procure énormément de plaisir : "Mon plus grand bonheur, c'est déjà de rejouer au foot''.

Après une demi-saison réussie en Bretagne (4 buts et 7 passes décisives), Briand retient l'attention de Raymond Domenech qui le convoque dans sa fameuse liste des 30. Quelques jours plus tard, le sélectionneur national lui annonce qu'il ne ferait pas parti du voyage en Afrique du Sud. "Je ne suis pas déçu car j’ai fait le maximum. J’ai travaillé dur pour revenir de blessure mais cela n’a pas suffi. Tant pis, je vais pouvoir prendre des vacances car j’en ai vraiment besoin. Je ne me suis pas reposé depuis ma blessure au genou en mars 2009'', réagit-il à chaud. Quoi qu'il en soit, Jimmy Briand aura à cœur de s'imposer à l'Olympique Lyonnais...de là à faire oublier Sidney Govou ?

à lire également
Bertrand Traoré en pleine action, contre Bordeaux, le 28 janvier 2018 © Nicolas Tucat / AFP
Du Burkina à l’Europe, Bertrand Traoré (22 ans) se plonge dans ses souvenirs pour Lyon Capitale. Une trajectoire rapide pour l’attaquant de l’OL, très imprégné par sa culture africaine.
d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires

réseaux sociaux
Faire défiler vers le haut