Ligue 1 : Aulas compare deux présidents à la "peste" et au "choléra"

Jean-Michel Aulas a profité de son passage à la télévision pour s'en prendre à Nasser Al-Khelaïfi et Bertrand Desplat, les présidents du Paris Saint-Germain et de Guingamp.

Nasser Al-Khelaïfi ou Bertrand Desplat ? Invité à donner sa préférence entre les présidents du PSG et de Guingamp sur le plateau d'Estelle Denis jeudi, Jean-Michel Aulas répond : "Choisir entre la peste et le choléra, c'est difficile", a-t-il lancé.

Hésitant, il finit par choisir, timidement : "Nasser". Habitué des déclarations fracassantes, le président de l'Olympique lyonnais n'a une nouvelle fois pas été tendre, cette fois-ci envers ses homologues.

 

Jean-Michel Aulas ne cache pas qu'il n'apprécie pas la tournure que prend le championnat de France avec la prise de pouvoir et l'omnipotence financière du PSG. "Le PSG crée dans la bulle du football une inflation dangereuse en France. Un budget annuel de l’ordre de 800 millions d’euros, c’est beaucoup et dangereux pour les clubs à taille humaine", avait-il regretté avant la victoire de Lyon sur Paris (2-1), dans Le Parisien.

"C'était de l'humour"

Le dirigeant de l'OL a un contentieux de longue date avec Bertrand Desplat et les deux présidents se lancent souvent des piques à travers différents médias. D'ailleurs, ce sont les critiques de Jean-Michel Aulas envers le PSG qui avaient conduit le président de Guingamp à qualifier son homologue de "roi de l'ancien monde" ou encore de "dirigeant qui se sent dépassé par un nouveau modèle économique et qui la joue mauvais perdant." Ce que le président lyonnais n'avait pas apprécié.

Néanmoins, ce dernier a tenu à désamorcer la polémique créée par sa déclaration sur le plateau de la chaîne l’Équipe, en s'exprimant le soir-même sur Twitter : "C'était de l'humour dans l'atmosphère de l'émission ... Ces deux bons présidents sont chacun dans leur catégorie de vrais managers."

 

à lire également
d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires
Faire défiler vers le haut