"Le sport est un diplôme", rappelle Cyrielle Barre (Agence pour l’éducation par le sport)

Cyrielle Barre évoque, au micro de 6 Minutes Chrono, les différentes missions de l’Agence pour l’éducation par le sport (APELS).

Les valeurs du sport au service des entreprises. L’Agence pour l’éducation par le sport est une association nationale d’inclusion par le sport. "L’idée est d’aider les clubs sportifs, de passer de la performance sportive à la performance sociale. On accompagne des jeunes qui ne sont pas ou peu diplômés vers le monde de l’entreprise, indique Cyrielle Barre, la responsable Auvergne-Rhône-Alpes de l’Agence pour l’éducation par le sport (APELS). On fait une passerelle en partant du principe que le sport est un diplôme. Il y a les savoirs-être qu’on apprend dans un club, ils sont multiples et transposables dans le monde de l’entreprise." Comment ces jeunes sportifs sont-ils détectés par l’APELS ? "Ils sont détectés dans les clubs, les city stades et les QPV (quartiers prioritaires), répond Cyrielle Barre. Notre objectif, c’est vraiment de leur faire prendre conscience de leur potentiel et de leur talent. On ne parle pas de leur niveau sportif mais de l’incarnation des valeurs : la ponctualité, l'abnégation, le travail d’équipe…"


Un deal gagnant pour les jeunes et les entreprises


Pour ce faire, un intervenant joue un rôle prépondérant. "On a un coach d’insertion par le sport, c’est un nouveau métier qui vient d’être reconnu par France compétences, indique la responsable Auvergne-Rhône-Alpes de l’Agence pour l’éducation par le sport. C'est un éducateur sportif auquel on combine les techniques d’accompagnement des jeunes. Il va les détecter, puis, on va les former sur les métiers de savoirs-être afin de pouvoir les intégrer dans le milieu de l’entreprise." Des entreprises qui sont de plus friands de ce type de profils. A l'image d'une grande banque française. "On travaille avec quatorze caisses du Crédit Agricole dont quatre au niveau régional. Ils ont pris le parti avec le groupe LCL de recruter autrement, de donner une chance à ces jeunes qu’ils n’auraient pas été cherchés naturellement, assure Cyrielle Barre. Et ces jeunes ne se sentaient pas capables un jour de devenir conseiller clientèle."

L’Agence pour l’éducation par le sport (APELS) a trouvé une bonne formule puisque les retours d'expérience sont "très positifs tant du côté des entreprises que des jeunes".

Les commentaires sont fermés

Suivez-nous
d'heure en heure
d'heure en heure
Faire défiler vers le haut