Le LHC en quête de reconnaissance

Une sacrée reconnaissance pour le club dirigé par Gérard Berthet.

Samedi dernier, la patinoire Charlemagne est en effervescence. Le LHC vient de se qualifier pour la finale des Plays-offs face à l'équipe de Mulhouse (9-1). Gérard Berthet, le président du Lyon hockey club, savoure. Il faut dire que sa formation est à deux matches d'accéder à la division 1. A la tête du club depuis 8 ans, il n'a pas oublié qu'il a fallu batailler ferme avant de voir le LHC être en haut de l'affiche. "On a connu des saisons difficiles notamment l'année dernière, où on fait un peu n'importe quoi. Dans ces moments-là, on s'aperçoit vite sur qui on peut véritablement compter ". Affichant une moyenne d'âge de 23 ans, le LHC aspire à se professionnaliser tout en conservant son identité. " Au départ, on était une simple association et il a vite fallu monter une structure semi-professionnelle notamment au niveau de la billetterie et du sponsoring. " Et de poursuivre. " Même si c'est nécessaire de travailler avec différents partenaires, on tient à garder notre identité. Celle d'un club formateur, qui donne sa chance à de jeunes joueurs ", souligne Gérard Berthet. Avec 550 000 euros de budget prévisionnel pour la saison 2007/ 2008, le LHC doit trouver des ressources financières supplémentaires d'où l'idée de créer à la patinoire Charlemagne des loges VIP. Le boss du club lyonnais s'en explique : "On n'a pas un budget faramineux et il faut bien attirer les entreprises. Ces loges, c'est plus par nécessité que par envie. " Le sport business serait-il en train d'envahir le hockey sur glace ? " On en est encore loin. Vous savez au LHC, aucun joueur n'est salarié. Ils perçoivent juste une simple indemnité ". Décrit comme un président atypique par le monde du hockey, Gérard Berthet est un homme à la fois réservé et passionné. N'hésitant pas à sortir de ses gonds du moment qu'il s'agit de défendre les intérêts de son club : "Si on veut que le LHC devienne un grand club, il va vite falloir que les collectivités locales organisent une table ronde avec les différents acteurs du sport de glace pour régler les problèmes de créneaux horaires de la patinoire Charlemagne. "

d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires
Faire défiler vers le haut