Le GF38 parle japonais

Pour la première fois, un club français devient la propriété d'un investisseur étranger. Index, spécialisé dans la fourniture de contenu pour la téléphonie mobile, veut faire de Grenoble une vitrine pour son business. Si l'on en juge les résultats sportifs, la greffe a bien pris, même si elle a pris quelques années. Pendant les deux premières années, la direction a souffert d'une absence de relais sur place "Le président Kazutoshi Watanabe est un passionné de football. Mais ce n'est pas toujours simple de diriger un club à 12 000 kilomètres de distance, quand, en plus, on ne parle pas la langue, explique le journaliste du Dauphiné Libéré, Bilel Ghazi.

Avec l'arrivée d'un directeur sportif, Hidetaka Ubagaï, un ancien joueur du Werder de Brême, les choses ont pu beaucoup s'améliorer". C'est Ubagaï qui a en effet imposé l'entraîneur Mecha Bazdarevic et qui joue le rôle de soutien de l'équipe : "Il est toujours là aux matchs et aux entraînements, poursuit le journaliste du Dauphiné Libéré. Et s'il y a besoin de négocier un transfert, il s'y colle". La montée en Ligue 1 assurée, le président Watanabe a mis un terme définitif aux rumeurs annonçant qu'Index voulait vendre le club. L'heure est désormais à de lourds investissements si le club veut espérer se maintenir dans l'élite, ce qui devrait passer par l'ouverture du capital du club à d'autres actionnaires.

à lire également

Les commentaires sont fermés

d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires

réseaux sociaux
Faire défiler vers le haut