L'OL creuse l'écart

Et dès la 11e minute de jeu, le match aurait pu prendre une tout autre tournure. Wendel se retrouve seul face à Lloris, mais le portier lyonnais s'interpose et repousse la balle sur Chamakh, qui pense marquer dans la cage vide, Boumsong se jette alors et sauve son équipe. Et c'est sur sa deuxième occasion dangereuse que l'OL va ouvrir le score. Sur une touche rapidement jouée côté gauche, Benzema et Fred transpercent la défense bordelaise d'un superbe une-deux, que l'international français conclut d'un plat du pied gauche, hors de portée de Valverde. (33e). Il ne faudra que cinq minutes à L'OL pour assommer son adversaire. A la suite d'un corner, Juninho sert Källström aux 25 mètres. La puissante frappe du Suédois est déviée par Planus et lobe Valverde. (38e). Les Lyonnais rentre à la mi-temps avec un confortable avantage.

Durant toute la seconde période, les Lyonnais seront dominés, n'opérant qu'en contre. Mais les Bordelais s'en remettent la plupart du temps aux frappes de loin, incapables de prendre à revers la solide défense lyonnaise. Les Girondins vont finalement réduire le score en toute fin de match par Cavenaghi sur coup-franc, alors que l'Argentin semblait en position de hors-jeu.

Cette belle victoire permet à l'OL de compter 7 points d'avance sur l'OM, deuxième, et 9 sur Bordeaux, sixième.

Le match vu par la rédac de Lyon Cap' :
L'homme du match : BOUMSONG
Décisif en tout début de rencontre face à Chamakh et rassurant tout au long de la partie, Jean-Alain Boumsong a joué un rôle majeur dans la victoire de l'OL.
On a aimé : La solidarité défensive de l'OL. Les attaquants et les milieux de terrain ont su effectuer un énorme travail défensif pour seconder un quatuor défensif solide.
On n'a pas aimé : Le jeu haché par de très nombreuses fautes. 33 côté lyonnais, 16 côté Bordelais.
On l'a tous vue  : La réelle complicité entre Fred et Benzema sur le terrain, à l'image du premier but.
On veut revoir : Un tel réalisme en attaque. Sur toutes leurs actions offensives, les Lyonnais ont été dangereux. Et l'OL n'a eu à frapper que sept fois pour inscrire deux buts.

à lire également

Les commentaires sont fermés

d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires
Faire défiler vers le haut