L'OL bat sa bête noire au terme d'un match à suspense

Après dix années sans victoire au Stadium, les Lyonnais se sont imposés (2-3) ce samedi à Toulouse, rompant le sort au moment opportun alors que la course à la deuxième place fait rage en haut de tableau de la Ligue 1.

Le sens du timing. L'OL a bien choisi son jour pour mettre un terme à dix années sans victoire dans la ville rose. Les Lyonnais se sont imposés ce samedi (2-3) au terme d'un match spectaculaire fait de nombreux rebondissements et de quelques minutes de folie en fin de rencontre. Ils restent ainsi positionnés dans le sprint final pour les places européennes. Repassant devant Nice au bénéfice de ce succès, les Gones se classent 2e avec 59 points ce dimanche matin, avant l'opposition entre Rennes et Monaco (3e avec 57 points), ce soir à 21 heures.

Le coaching payant de Genesio

Fort de trois victoires de rang en son antre, le Téfécé harcèle le milieu de terrain lyonnais en début de match, et le trio Gonalons–Ferri–Tolisso a bien du mal a poser le pied sur le ballon. Un impact toulousain qui se retrouve dans les duels, où Gonalons et Rafael notamment se trouvent mis en difficulté. Cet ascendant physique permet à Toulouse de mettre les Gones en danger sur coup de pieds arrêtés. Et c'est d'ailleurs sur un corner, botté par Adrien Regattin, que Marcel Tisserand ouvre le score au retour des vestiaires (1-0, à la 50e).

Bruno Genesio avait choisi d'aligner Mathieu Valbuena en remplacement de Maxwell Cornet, suspendu. Mais l'ancien Marseillais n'étant pas décisif il sort à la 68e, tout comme Ghezzal. Le technicien lyonnais décide de les remplacer par Fekir et Grenier alors que l'OL se réorganise en 4-4-2. Banco ! Ce double remplacement et ce changement tactique font mouche cinq minutes plus tard quand Grenier, d'une frappe trompeuse sur un coup-franc lointain, ramène les siens à hauteur.

 

Cinq minutes de folie

Les deux équipes à égalité à quelques minutes du terme, la partie s'emballe. Bien servi par Ferri, Lacazette donne l'avantage à l'OL. Mais Toulouse n'abdique pas et compte bien perpétuer sa bonne série à domicile. La réaction des Violets vient par l'arme fatale du club, Wissam Ben Yedder, qui inscrit à la 82 son 16e but de la saison pour le 2-2. Survoltés, les Lyonnais savent qu'ils ont une seconde place de Ligue 1 à aller chercher. Cela implique de rester au contact de Monaco et donc de triompher dans la ville rose. Quelques secondes après l'égalisation, c'est Tolisso qui donne l'avantage aux Gones, scellant définitivement la victoire. Un succès au courage, que les Lyonnais se sont félicités d'être allés chercher face à des Toulousains accrocheurs.

 

"Personne ne lâche. Le groupe vit bien et tout le monde joue le jeu. Il faut avoir de la qualité pour faire ce que les joueurs ont fait. Il y a aussi une grande part de mental", déclarait Bruno Genesio après la rencontre. Et son capitaine, Maxime Gonalons d'ajouter "L’état d’esprit est incroyable depuis un certain temps. On revient de très loin. Quand on y ajoute la qualité technique, on peut faire la différence à tout moment… Il faut retenir cette victoire".

Un victoire à la photo finish qui a ravi les supporters lyonnais, gâtés en spectacle alors que le match face à Monaco, finale annoncée pour la seconde place, se profile dans deux semaines au Parc OL

Retrouvez toute l'actualité de l'Olympique lyonnais sur le site Olympique et Lyonnais.
à lire également
Pas d'image
Elles sont inarrêtables, insatiables. L’OL féminin a largement dominé le FC Barcelone (4-1) en finale de la Ligue des Champions, samedi soir à Budapest. Le 4e titre de suite pour l’OL. Le 6e depuis 2011. Grandiose.
d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires

réseaux sociaux
Faire défiler vers le haut