Koné et Briand, ces revenants

On les avait presque oubliés. Jimmy Briand et Bakary Koné sont revenus de nulle part pour participer activement au premier succès de l’OL (face à Toulouse, 3-1) après 5 matchs sans victoire.

Pour Koné, il s’agissait seulement de sa 11ème titularisation de l’année, toutes compétitions confondues. Pourtant, la saison a bien commencé pour le Burkinabé avec les cinq premiers matchs joués dans leur intégralité. Dans l’esprit de Rémi Garde, « Bako » était devenu le numéro deux de la défense lyonnaise derrière Cris mais devant Lovren (de retour de blessure), Bisevac (tout juste arrivé de Paris) et Umtiti. Mais dès la 5ème journée, le jeune arrière central (24 ans) retourne sur le banc. Et ce, malgré le départ de Cris. Par la suite, il ne joue que 4 matchs en…cinq mois ! Le rugueux défenseur est ensuite sélectionné pour la CAN en Afrique du Sud. Finaliste, il ne convainc toujours pas l’entraîneur lyonnais à son retour.

Koné, le retour en grâce

Il retrouve les couleurs olympiennes le 31 mars (OL-Sochaux), plus d’un mois et demi après son départ pour l’Afrique, profitant de la suspension de Milan Bisevac. La mise à l’écart de Dejan Lovren lui offre une deuxième titularisation de rang contre Reims. Pour un même résultat, une défaite. Mais face à Toulouse, Rémi Garde le reconduit en défense centrale aux côtés de Samuel Umtiti. « Tout le monde est important », a déclaré Rémy Vercoutre après la rencontre. Bisevac, suspendu, et Lovren, blessé, le technicien rhodanien n’avait pourtant pas le choix. Avec un but et un sauvetage décisif, Bakary Koné (12 ballons gagnés, 6 ballons perdus) a démontré à son entraîneur qu’il pouvait encore compter sur lui.

"Ce sont des compétiteurs"

De son côté, Jimmy Briand n’avait plus été titulaire depuis le 21 octobre 2012, soit presque 6 mois. Une éternité. La faute à une blessure contractée à la fin de l’année 2012 et à un transfert avorté à Monaco au mercato d’hiver. Si Rémi Garde a toujours nié laisser l’ancien Rennais au placard, sa situation a été pour le moins difficile. « Frustré ? Bien sûr ! A partir du moment où on ne joue pas, c’est frustrant ! Maintenant ce n’est pas important… Je suis un joueur de l’Olympique lyonnais et ce qui compte, c’est que l’OL soit devant », a lâché l’attaquant de l’OL après la rencontre face à Toulouse.

Travailleur, comme d’habitude sur son aile droite, Briand a beaucoup provoqué sans toutefois trouver la faille. Alors que tous les observateurs se sont posés des questions sur sa forme physique, l’attaquant international a disputé 85 minutes en fournissant de gros efforts. S’il n’a été titulaire qu’à 7 reprises cette année, « Jimmy » pourrait apporter sa fraîcheur et son envie dans le sprint final. « Ce sont des compétiteurs, ils ne lâchent pas, ils sont au service du collectif », conclut Maxime Gonalons.

à lire également
Pas d'image
Elles sont inarrêtables, insatiables. L’OL féminin a largement dominé le FC Barcelone (4-1) en finale de la Ligue des Champions, samedi soir à Budapest. Le 4e titre de suite pour l’OL. Le 6e depuis 2011. Grandiose.
d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires

réseaux sociaux
Faire défiler vers le haut