Anthony Lopes dans le feu de l’action le 5 novembre 2017 (ASSE-OL) © Jeff Pachoud / AFP
Anthony Lopes dans le feu de l’action le 5 novembre 2017 (ASSE-OL) © Jeff Pachoud / AFP
Article payant

Entretien avec Anthony Lopes, gardien de but de l’OL

Le gardien de l’OL évoque dans cet entretien son caractère affirmé sur le terrain, son attachement pour son club de toujours – “Même sur le terrain, je suis supporter de l’OL” – et sa relation fusionnelle avec Joël Bats.

Lyon Capitale : Votre début de saison est-il conforme à vos attentes [NB : cet entretien a été réalisé en décembre 2017] ? Anthony Lopes : Je me juge toujours en fonction de l’équipe. Quand elle tourne à plein régime, c’est toujours plus facile de se juger. À vrai dire, je n’aime pas trop parler de moi. Me concernant, je n’ai pas envie d’évoquer une bonne première partie de saison, dans le sens où l’on peut toujours s’améliorer. Justement, quels sont vos axes de progression ? Je dois m’améliorer dans de nombreux domaines. J’arrive à un âge [il a 27 ans, NdlR], où j’ai un peu plus de maturité. D’ici deux ans, j’espère être totalement complet. Il y a encore du travail pour être au top. Selon Nicolas Puydebois*, vous devez vous améliorer au niveau de vos sorties aériennes, vous devez également capter davantage de ballons. Êtes-vous d’accord avec lui ? Pour les sorties aériennes, il faut prendre en compte que les centres, les coups de pied arrêtés et les corners sont très souvent bien frappés. Les ballons ne s’y prêtent pas non plus. C’est d’autant plus plaisant de sortir, de pouvoir capter tranquillement le ballon, mais en Ligue 1 on a de très bons joueurs de tête. Il faut aller à la bagarre. Oui, à certains moments, je dois davantage les capter, mais j’ai un peu peur de me faire surprendre par les ballons qui sont un peu traquenards pour les gardiens. Il dit également que vous devez apprendre à canaliser vos émotions car cela peut vous jouer des tours. De nombreuses personnes ont une image tronquée de votre personnalité, alors que vous êtes un très gentil garçon…

Il vous reste 82 % de l'article à lire.
Article réservé à nos abonnés.

Connectez vous si vous êtes abonnés
OU
Abonnez-vous

à lire également
jeunes football
Si le nombre de footballeurs stagne à 250 000 dans la région Auvergne-Rhône-Alpes,d'après une étude de l'Insee, les filles sont de plus en plus nombreuses à opter pour le ballon rond. Une pratique qui peut augmenter de nouveau avec la Coupe du monde, qui a lieu en ce moment.
d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires
Faire défiler vers le haut