Emmanuel de Kerchove : "Un mercato intéressant"

INTERVIEW - Emmanuel de Kerchove est l'agent de Michel Bastos. A moins d'une semaine de l'ouverture du marché des transferts en France, il fait le point sur l'avenir du milieu de terrain brésilien de l'OL, et évoque le mercato à venir qui débutera le 13 juin à minuit.

Lyon Capitale : Le mercato estival s'annonce-t-il agité ?

Emmanuel de Kerchove : C'est une année un peu particulière avec trois grandes compétitions internationales : la Coupe d'Afrique des Nations (CAN) en janvier dernier, puis désormais l'Euro et bientôt les Jeux Olympiques de Londres. Il y a énormément de matchs et beaucoup de joueurs engagés. Cela s'annonce intéressant ; les transferts devraient se concrétiser plutôt en fin de mercato.

Selon vous, y aura-t-il du mouvement du côté de l'OL ?

Le club va davantage vendre que recruter. La France n'est pas le meilleur marché pour l'OL, même s'il y a toujours moyen de faire des affaires. Les autres équipes leur font payer des joueurs à des prix excessifs. Le vrai problème à Lyon, c'est l'absence d'une cellule de recrutement orientée vers l'international.

Michel Bastos sera-t-il toujours Lyonnais la saison prochaine ?

Rien n'indique aujourd'hui que Michel quittera l'OL. Il lui reste encore trois ans de contrat, il sent qu'il peut encore conquérir des titres ici. Si le club souhaite le voir partir, il étudiera la question. Mais il ne partira pas pour partir.

à lire également
Le milieu de terrain de l’OL Tanguy Ndombele – FC Sion/OL, 13 juillet 2018 © Fabrice Coffrini / AFP
Incontestablement, Tanguy Ndombele (21 ans) est la plaque tournante de l’Olympique lyonnais. Si le milieu de terrain excelle balle au pied, il affiche un tout autre visage en dehors du rectangle vert.
1 commentaire
  1. nonmaiscepaspourdire - 8 juin 2012

    Ce qui serait bien, c'est que certains joueurs fassent leur 'travail' entre 2 mercatos. Et puis que va t-il se passer avec la 'crise' en Espagne par exemple, seront-ils autant payés et si peu taxés ? Je dis ça au cas ou on serait amené à rembourser leur dette. Si toutefois ça changeait il y aurait surement de bonnes 'affaires' en perspective.

Les commentaires sont fermés

d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires
Faire défiler vers le haut