AVANT LE GPTL, MORETTON DEVOILE SES PROJETS

Avant le Grand Prix de Tennis de Lyon qui aura lieu du 22 au 28 octobre, Lyon Capitale a tenté d'en savoir plus sur l'ancien tennisman

Voilà un homme qui n'aime pas beaucoup parler de lui. Gilles Moretton se fait très discret dans les médias mais s'en explique très clairement. "J'ai eu la chance de faire une carrière plutôt correcte dans le tennis, j'ai eu mon temps de gloire. La médiatisation, ça ne me fait pas vibrer. Je préfère mettre mes évènements en avant." Issu d'une famille de sportifs, son père est coureur de 800 mètres et sa mère championne de France de basket, le jeune Gilles Morreton choisit tout naturellement la filière sport-études spécialité tennis. S'ensuit une carrière honorable de joueur professionnel. De 1977 à 1984, il intègre même l'équipe de France en Coupe Davis. Il décide de raccrocher et fait ses débuts dans le monde des affaires en collaborant aux sociétés américaines Wilson et Philip Morris. Gilles Moretton qui a de la suite dans les idées, crée en 1985 le tournoi ATP de Lyon, le GPTL. Un tournoi qui pour beaucoup d'observateurs avisés n'a plus vraiment de valeur. Ce que contredit le principal intéressé. "Les gens souhaitent avoir un Roland Garros à Lyon, moi je suis clair, on ne l'aura jamais. On a le tournoi qu'on mérite. Pour le GPTL, on a toujours eu deux à trois joueurs parmi les dix meilleurs du monde, et regardez c'est encore le cas cette année." Le personnage Moretton se découvre un peu. On le sent touché par ces attaques notamment des médias envers son tournoi. "C'est jamais facile d'accepter des critiques, mais elles ne m'empêchent pas d'avancer", confie t-il. Des critiques qui seront nombreuses lors de sa nomination à la tête de l'ASVEL. Dans les travées de l'Astroballe, certains lui reprochent d'avoir trop rompu avec l'esprit "famille" qui régnait au sein du club de basket de Villeurbanne. "Lorsqu'on s'inscrit dans la durée, il faut passer par des étapes. Je suis satisfait du travail accompli à l'ASVEL." Investi à fond dans son entreprise Gones et Sports, société spécialisée dans l'organisation d'évènements sportifs (GPTL, Marathon de Lyon,...) l'ancien joueur de tennis à réussi sa reconversion, même si la fierté est ailleurs. "J'ai débuté seul et désormais je fais vivre plus d'une soixantaine de personnes au sein de mon entreprise. J'en suis extrêmement fier." Nouveau chemin de bataille pour Moretton, faire réaliser une salle omnisport dans le Grand Lyon. "C'est un projet qui avance, c'est un besoin d'intérêt général, un besoin régional. Les autres villes d'Europe sont en train de s'équiper et Lyon doit aussi se doter d'une salle digne de ce nom qui pourrait servir pour le sport mais aussi pour des concerts ou des évènements culturels."

à lire également
Le patron de Serfim, Guy Mathiolon, est très présent dans le sport lyonnais. Son groupe de travaux publics et des métiers de l’environnement aide financièrement le Lou, Lyon Asvel Féminin et le Sporting Club de Lyon (Lyon Duchère AS).
d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires

réseaux sociaux
Faire défiler vers le haut