Jean-Michel Aulas : "C’est un signe des dieux"

En marge de la présentation d’un partenariat avec Hyundai, Jean-Michel Aulas a balayé l’actualité de l’OL et même du PSG .

L’OL enchaîne les succès ces derniers temps. Vous devez être un président comblé ?

Jean-Michel Aulas : C’est un signe des dieux. L’Olympique lyonnais avec des voies différentes et d’autres compétiteurs prouve que l’on peut gagner en performance. La place de leader après quinze journée est anecdotique même si cela donne du sens à tout ce que l’on souhaite faire. En championnat, il faut être premier à la fin de la dernière journée (sourire).

Se déplacer dimanche soir à Saint-Etienne en leader, ça doit forcément être plaisant ?

Je ne sais pas. On a la chance d’avoir en Rhône-Alpes, deux équipes de haut niveau. Saint-Etienne fait aussi un excellent parcours. Ils jouent remarquablement bien. Cette année, ils ambitionnent d’être au même niveau que l’OL. Il faudra être très fort dimanche pour rivaliser avec l’ASSE. Cela fait des années que "Sainté" n’a pas battu Lyon à Geoffroy-Guichard (depuis 1994, Ndlr). Ils auront à cœur de mettre fin à cette série. On va assister à un match de très haut niveau.

Les tensions se sont-elles dissipées avec la direction de l'ASSE après notamment l’affaire des chants anti-stéphanois ?

Ce ne sont pas des chants anti-stéphanois. Ce sont des chants imaginés par un certain nombre de supporters. Il ne faut pas leur donner plus d’importance qu’ils ne méritent. Par contre, nous avons fait en sorte entre les préfets et les dirigeants qu’il n’y ait pas de tension supplémentaire. J’espère que l’accueil qui nous sera réservé dimanche ne sera pas du même niveau que celui de la saison passée.

Évoquons une autre actualité, celle du PSG. L'OL a opté pour un autre modèle…

C'est toujours difficile de réussir quand on veut aller très vite. La réussite sportive et économique est beaucoup plus légitime quand elle se construit sur du moyen et du long terme. Paris a décidé d’aller très vite. Comme je l’ai dit, il y a quelques semaines, le PSG sera très performant en Ligue des Champions. Seulement, la mécanique semble plus compliquée à mettre en place dans le championnat français lorsqu’il y a beaucoup de stars réunies dans une même équipe. Ceci étant, je fais confiance aux dirigeants qataris pour prendre les bonnes décisions et faire en sorte de retrouver la sérénité. Le match qui va nous opposer au PSG dans quinze jours démontrera que Paris est bien là et que Lyon peut être un challenger mais pas plus.

Les dirigeants qataris envisageraient de se séparer de Leonardo et Carlo Ancelotti. Quel est votre avis sur le sujet ?

On l’a vu, l’OL et le PSG sont deux modèles différents. A Lyon, on s’inscrit dans la continuité. Si j’avais à donner un conseil à mes homologues parisiens, je ne changerai rien. Les joueurs de Paris sont de qualité. La stabilité est la meilleure des réponses quand il y a des difficultés au démarrage. Il faut donner du temps au temps.

Lire aussi : OL : les joueurs roulent désormais en Hyundai, un pas de plus vers l'humilité

à lire également
Le milieu de terrain de l’OL Tanguy Ndombele – FC Sion/OL, 13 juillet 2018 © Fabrice Coffrini / AFP
Incontestablement, Tanguy Ndombele (21 ans) est la plaque tournante de l’Olympique lyonnais. Si le milieu de terrain excelle balle au pied, il affiche un tout autre visage en dehors du rectangle vert.
d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires
Faire défiler vers le haut