Edwin Jackson : "L’équipe de France ? On verra…"

Lyon Capitale : Edwin Jackson, tout d’abord comment vous sentez-vous ?

Edwin Jackson : Je me sens bien, j’avais hâte de reprendre l’entrainement. On m’a proposé des jours de vacances vu que j’étais en stage avec les Bleus mais je ne les ai pas pris. Je suis prêt.

D’ailleurs, quel sentiment avez-vous après avoir été écarté du groupe France ?

Je m’y attendais donc je n’étais pas forcément déçu. Je le suis un peu car je n’ai pas pu prouver sur le terrain même si ça n’aurait pas trop changer la donne à mon avis. C’est le choix du coach, il faut le respecter. En tout cas je leur souhaite bonne chance.

Si Vincent Collet est reconduit jusqu’aux Jeux, cela changera-t-il votre avenir chez les Bleus ?

On verra… On verra s’il est reconduit. Je considère que j’ai prouvé que je pouvais jouer en équipe de France. Ce n’est pas une question de niveau, s’il pense que je ne corresponds pas à l’équipe, il ne me sélectionne pas. Après je ne suis pas en guerre contre Vincent Collet, je respecte sa décision.

Cela va vous servir de source de motivation pour votre saison à Villeurbanne ?

C’est totalement différent. Je ne lie pas l’ASVEL à l’équipe de France même si je suis toujours surmotivé. Quand on réussit, on est mis en avant. A moi de montrer que je mérite ce qu’il m’arrive et que ce titre de MVP n’était pas dû au hasard.

Quels sont vos objectifs pour cette saison ?

Je veux être champion avec Villeurbanne, c’est l’objectif numéro 1. Même si remporter la coupe de France ou la semaine des As est important, le championnat est vraiment le titre que je veux remporter avec l’ASVEL. Après l’Eurocup est aussi un objectif. La remporter parait un peu compliqué. Si on arrive à accrocher le Top 16, ça sera une bonne chose.

Comment jugez-vous l’ASVEL de cette année avec les différents mouvements qu’il y a eu ?

On perd Livio Jean-Charles qui est blessé pour un moment. Il faudra aussi voir l’adaptation de Pierre Jackson qui va vivre sa première saison professionnelle. Mais on est surement plus fort que l’an passé car on se connait mieux mais il reste encore beaucoup de travail.

L’ASVEL fait-elle partie des équipes favorites ?

L’an passé, on n’était pas si loin des meilleurs. Il y a eu pas mal de progrès par rapport au début de la saison, ça nous donne confiance pour cette année. De plus, le niveau du championnat est quand même assez homogène. Peut-être un peu moins cette année où on va être 4-5 équipes à se disputer le haut du tableau. Paris a une belle équipe, Limoges ou Châlon ont aussi recruté des bons joueurs. Mais Strasbourg reste le grand favori du championnat.

d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires
Faire défiler vers le haut