Article payant

Isabelle Mallon (Lyon 2) : "En France, s'occuper des personnes âgées incombe d'abord à la famille"

Avec le vieillissement de la population, la perte d’autonomie des personnes âgées est devenue une question sociale et politique. Comment notre société répond-elle à ce défi qui verra la France compter près de 5 millions de personnes dépendantes en 2050 ? Professeure de sociologie à l'université Lyon 2, Isabelle Mallon livre quelques clés pour comprendre notre système et se projeter.

Lyon Capitale : Vieillesse, aînés, personnes âgées… Qu’entend-on derrière ces termes ? Isabelle Mallon : Dans les sociétés occidentales nous avons une définition biomédicale de la vieillesse, qui en fait un état dérivant d’un processus biologique de vieillissement. Processus qui va petit à petit dégrader nos cellules, nos fonctions motrices et donc nos capacités à nous déplacer, nous mouvoir et agir. Ce modèle fait des incapacités et des dépendances la mesure de ce qui serait la “vraie vieillesse”. C’est une perception qui invisibilise d’autres représentations comme l’expérience, la maturité ou la sagesse pour se structurer autour de la dépendance.

Il vous reste 94 % de l'article à lire.
Article réservé à nos abonnés.

Connectez vous si vous êtes abonnés
OU
Abonnez-vous

à lire également
L’entrée de l’hôpital de la Croix-Rousse, à Lyon © Tim Douet
Le bilan du coronavirus COVID-19 en région Auvergne-Rhône-Alpes était particulièrement attendu ce mardi 2 juin. Aucun rattrapage des chiffres dans le mauvais sens n'a eu lieu, le bilan est une nouvelle fois encourageant. 

Laisser un commentaire

Faire défiler vers le haut