Wei Jingsheng critique Interpol

Durant sa visite à Lyon, le dissident chinois Wei Jingsheng largement critiqué la nomination. Meng Hongwei, vice-ministre de la Sécurité publique en Chine à la présidence d’Interpol. "Bien sûr ! Le fait que le président d’Interpol soit chinois va influencer la structure et les décisions de l’organisation, notamment pour les dissidents chinois résidant à l‘étranger. Mais rien que le fait qu’il ait été nommé à la tête d’Interpol prouve l’influence et l’emprise des Chinois sur la communauté internationale", a déclaré Wei Jingsheng à Euronews. Convié par Lyon Capitale et l’ISCPA, il s’était longuement expliqué sur les problèmes que pose cette nomination pour les personnes en fuite comme lui.

Faire défiler vers le haut