A Saint-Symphorien, le derby déchire

L’église collégiale du XVe siècle pourrait sonner creux samedi soir. A 20h30, au concert de la chorale locale "La Symphorine", la très grande majorité des "Pelauds", le nom des habitants de ce bourg des monts du Lyonnais, sera soit à Geoffroy-Guichard, soit devant son écran. Ici plus qu’ailleurs, il est hors de question de rater le derby entre Saint-Etienne et Lyon, 104e du nom.

Au nord-est, à 45 kilomètres, Lyon, club phare du début de siècle ; à 35 kilomètres à l’ouest, la cité minière qui a réveillé la France du foot dans les années 70. Alors dans les rues de Saint-Symphorien-sur-Coise, dernier village du Rhône avant de passer en Loire (certains terrains municipaux s’y trouvent même), les 3 500 âmes ont la culture du partage : la moitié des habitants est pour l’OL, l’autre pour les Verts.

RMC

à lire également
Najat Vallaud-Belkacem
Celle qui a été élue “Lyonnaise de l'année” en 2007 par Lyon Capitale était l'invitée de France Inter ce matin pour parler de sa nouvelle vie professionnelle.
d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires
Faire défiler vers le haut