Laurent Wauquiez présente le plan sécheresse © Tim Douet

Wauquiez dévoile un plan Sécheresse de 15 millions d'euros

Le président du conseil régional d'Auvergne-Rhône-Alpes vient d'annoncer un plan Sécheresse pour aider les agriculteurs de la région. Un plan “potentiellement illégal”, selon le groupe PS. L’opposition dénonce “le paradoxe de Laurent Wauquiez”, qui subventionne aussi largement les “canons à neige”.

Alors que la quasi-totalité des départements de la région sont touchés par une sécheresse qui perdure, les stocks de nourriture pour les animaux d'élevage sont au plus bas et ont vu leur prix doubler. Laurent Wauquiez vient d'annoncer un plan de 15 millions d'euros pour aider les agriculteurs “confrontés à un besoin de trésorerie pour l’achat de fourrage ou obligés de décapitaliser leur troupeau durant l’hiver, ce qui va mettre en péril la viabilité de leur exploitation à terme”. Selon l’exécutif régional, entre 12 000 et 16 000 exploitations d’élevage d’herbivores seraient concernées par ce manque d'eau, les pertes fourragères (herbe, maïs) étant estimées entre 30 et 50 % des récoltes annuelles.

“Un coup de pouce moral”

L’indemnité régionale sera de 500 à 2 000 euros, en fonction de la taille de l'exploitation et du préjudice subi par cette dernière. “Le dispositif sera très simple, contrairement à ceux de l'État qui sont ultra-lourds. Il ne fera que deux pages, où l'on demandera simplement une attestation d'emprunt et une déclaration sur l'honneur des différentes aides touchées (minimis)”, a déclaré Laurent Wauquiez. Ce dispositif sera créé après l'élaboration des cartes départementales de calamité. Le plan sera voté le 20 décembre, lors de la prochaine assemblée plénière.

Les représentants des chambres agricoles présents ont plutôt salué l'initiative, même s'ils auraient bien récolté “quelques millions d'euros en plus”, a déclaré l'un d'eux. “Ce n'est pas avec 2 000 ou 3 000 euros que l'on sauve une exploitation, mais cette aide est la bienvenue, parce que c'est surtout un coup de pouce moral”, soulignait-il.

Un plan “potentiellement illégal” selon l'opposition

“Sur la forme, on est plutôt pour, puisque toutes les anciennes majorités ont voté des plans Sécheresse de montants similaires. Or, là, Laurent Wauquiez prend un risque juridique, qui va créer une insécurité pour les agriculteurs”, pointe le groupe PS. “Premièrement, le fait de déléguer aux chambres d’agriculture l’instruction des dossiers est illégal, car la région ne peut déléguer à un tiers l’instruction de subventions. Deuxièmement, rembourser un capital de dette serait aussi illégal. Une collectivité locale ne peut rembourser un prêt obtenu auprès d’un tiers privé. On peut seulement garantir un emprunt. Enfin, quel emprunt vient-on couvrir ? Il faudra régler cette question”, précisent les élus socialistes.

“Laurent Wauquiez est un peu un pompier pyromane”

L’opposition s'étonne aussi de la façon dont Laurent Wauquiez a présenté ce budget. “Comme d'habitude, on l'apprend par la presse. Actuellement, personne dans l'assemblée plénière, même la majorité, ne sait ce que sera ce plan”, critique l'opposition PS, qui estime que ce plan “est contradictoire avec les millions d'euros dépensés par la région dans les canons à neige”.

Même argument du côté du groupe RCES. “Laurent Wauquiez est un peu un pompier pyromane, qui finance les canons à neige puis prend un plan Sécheresse”, dénonce Jean-Charles Kohlhaas. “Ces canons assèchent les nappes phréatiques puisque leur eau provient de retenues d'eau. L'eau utilisée ne ruisselle pas et ne va pas dans les nappes. L'eau, c'est un cycle complet : quand le niveau baisse en haut, c'est tout le cycle qui est impacté. Il faut donc se demander ce qui est le plus important : l'eau à boire, les cultures, la sécurité nucléaire ou les canons à neige ?”

Questionné sur le sujet, Laurent Wauquiez répond qu'il “n'y a pas d'opposition entre les deux plans”. “Il ne faut pas opposer les gens. Quand on fait une retenue collinaire, elle peut être utilisée l'hiver pour les stations de ski et l'été pour les agriculteurs de montagne”, a-t-il conclu. Comme nous l’écrivons dans notre mensuel de décembre, dans les Alpes, la neige artificielle consomme en trois mois et demi autant que la ville de Grenoble en eau potable.

Stations de ski  : les paradis artificiels de Laurent Wauquiez

à lire également
Reconstitution de la grotte Chauvet © Camille Padilla
Son action est souvent invisible, mais l’Union européenne est un partenaire financier incontournable pour les collectivités locales. Sur la période 2014-2020, un peu moins de 3 milliards d’euros de fonds européens auront été ventilés en Auvergne-Rhône-Alpes, sur des champs très vastes, du numérique aux épiceries solidaires rurales.
d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires

réseaux sociaux
Faire défiler vers le haut