Votre eurodéputé a-t-il bien bossé ?

Un écolo, une Stéphanoise et une Lyonnaise occupent le podium.

En 2004, c'était une Stéphanoise, Françoise Grossetête (UMP), qui occupait la première place du palmarès Lyon Capitale de l'activité des eurodéputés. Alors qu'elle se représente, et a même été désignée tête de liste de l'UMP dans la grande région Sud-Est, elle occupe cette fois la deuxième place, preuve qu'elle n'a pas été moins active au cours de ce mandat. Son bon classement ne la surprend pas : "Je pensais être la première... Être député, c'est un choix de vie, je ne m'accorde pas de week-ends, je prends les choses à bras le corps. Et, plus on travaille, plus on vous confie du travail."

Elle a cependant été détrônée par un eurodéputé du Sud-Ouest, l'écologiste Gérard Onesta, qui affiche un taux de présence en session de... 100 %. Qualifié de "bourreau de travail" par ses collègues, il relativise : "Même si la présence en plénière est importante, le travail se fait avant tout en commission, parfois même dans l'ascenseur ou au restaurant."

A l'inverse, une poignée d'eurodéputés français mérite un bonnet d'âne pour leur assiduité clairement défaillante. En bas du classement, deux eurosceptiques bien connus : Jean-Marie Le Pen et Philippe de Villiers. Proche de ce dernier, Patrick Louis (MPF) prend sa défense : "De Villiers siège à Strasbourg mais refuse par principe d'aller à Bruxelles. Du coup, il se retrouve en bas du tableau. Moi, je suis d'accord avec lui, mais je vais quand même en Belgique parce que c'est important de suivre les dossiers."
Bonnet d'âne pour De Villiers, Le Pen... et Vincent Peillon !

Plus surprenant : cinq députés socialistes sont classés dans les dix derniers. Parmi eux, Vincent Peillon, qui a d'ailleurs été choisi pour conduire la liste du PS pour la Grande Région Sud-Est, alors que son activité à Bruxelles et Strasbourg ces cinq dernières années peut être qualifiée de famélique. D'autres vedettes "trustent" les dernières places du classement : Gilles Savary (PS), Thierry Cornillet (UMP-Rad), Michel Rocard (PS), Marine Le Pen (FN), Alain Lipietz (Verts) Jean-Marie Cavada (Modem), Jacques Toubon (UMP)... Mieux classé, Jean-Luc Bennahmias (MoDem) prend leur défense : "Rocard ou Lipietz ont fait un vrai travail de diplomates à l'extérieur du Parlement." Il estime que le gros du travail parlementaire n'est pas quantifiable dans un tel palmarès : "Que Gérard Onesta, ou Martine Roure soient en tête du classement, ça me fait doucement rigoler ! Je reconnais leur assiduité gigantesque mais est-ce qu'être parlementaire, c'est seulement ça ?" Thierry Cornillet renchérit : "Vous ne prenez pas en compte le temps qu'il faut pour faire un rapport ou les missions parlementaires qui empêchent d'être présents à Strasbourg. Alors être 60ème me laisse complètement indifférent, ça ne va pas changer ma façon de faire. Il y en a, dans les 10 premiers, qui ont "le dossard" de député européen et qui apparaissent comme de bons élèves. Mais qu'est-ce que le vrai travail ? Passer sa journée dans l'hémicycle à voter, ou avoir une action extérieure ?" On a tendance à penser que voter des lois (directives), c'est quand même la base du travail d'un député.

Cliquez ici pour télécharger ou visualiser le classement complet en PDFlien

Le Chiffre : 6952 euros

C'est le salaire mensuel d'un eurodéputé français. Les Italiens touchent le double (11 703 euros), là où les députés lituaniens ne reçoivent que 1183,10 euros. Dès juillet 2009, la même rémunération sera accordée à tous. Le montant changera peu pour les Français.
Sanctions et triches

Le Parlement européen, pour mettre un frein à l'absentéisme, a mis en place un système de sanctions financières, qui peuvent aller jusqu'à la moitié des frais généraux. Soit 1500 euros par mois. Certains ont cependant trouvé la parade, dénonce la lyonnaise Martine Roure (PS) : "Je n'ai pas signé tous les registres, mais moi j'étais toujours présente. Par contre, j'ai des collègues très futés qui signent les registres et s'en vont, avant même le début de la séance."

Marine Badoux

NB : Ceci est une version corrigée du palmarès qui accompagnait l'article 'Votre eurodéputé a-t-il bien bossé ?' dans le numéro de février de Lyon Capitale. Suite à une erreur technique, plusieurs chiffres avaient en effet été intervertis, sans que cela ne remette en cause le classement général, effectué avec les bons chiffres.

En vidéo - L'édito politique d'Alex Joubert, 13 ans, collégien en 4ème dans le Rhône, qui réagit à notre classement des eurodéputés. Son site : http://lenouvelhebdo.com/

A lire aussi : le palmarès de Rue89

à lire également
Michel Mercier © Tim Douet
Michel Mercier, ancien président du département du Rhône, a été mis en examen dans l’affaire des assistants parlementaires du Modem. L’ancien ministre de la Justice était le trésorier du parti durant la période à laquelle la justice s’intéresse.

Les commentaires sont fermés

d'heure en heure
d'heure en heure


derniers commentaires
Faire défiler vers le haut