Militants “En Marche”
© Tim Douet

Vers une candidature En Marche dissidente à Villeurbanne ?

Les candidatures d’En Marche ne sont pas encore tombées, mais à Villeurbanne un groupe de “marcheurs” a d’ores et déjà annoncé qu’il monterait une liste dissidente si un élu de la majorité municipale était investi par le mouvement. Selon eux, Bruno Bonnell serait le seul candidat “légitime” dans la 6e circonscription.

Un groupe de "marcheurs" villeurbannais composé "à 90 % de personnes issues de la société civile" vient d'annoncer sa volonté de conduire une "candidature dissidente" en cas d'investiture par En Marche d'élus de la majorité municipale villeurbannaise. "À Villeurbanne, aucun élu En Marche n'a mouillé la chemise. Ils ne connaissent d'ailleurs pas les marcheurs et marcheuses. Il est donc hors de question de soutenir quelqu'un de la majorité municipale et nous considérerions que cette candidature serait illégitime", prévient l'un d'eux. Najat Vallaud-Belkacem sera elle aussi candidate dans la 6e circonscription. "Un parachutage", critiquent ces marcheurs, pour lesquels "la seule personne contre laquelle [ils n'iraient] pas serait Bruno Bonnell". "Le seul qui serait légitime", menacent-ils. Contacté, Bruno Bonnell s'est dit "fort honoré" par la démarche, tout en précisant qu'il n'était "pas au courant du tout" de celle-ci.

Les premiers symptômes de l’ambiguïté d’En Marche sur les investitures ?

Depuis le début, Emmanuel Macron a promis de changer les comportements politiques en promouvant des personnes issues de la société civile. Comme nous l'écrivons dans notre mensuel de mai, le mouvement a reçu plus de 10 000 candidatures pour 577 sièges. Un système qui fera forcément des déçus et qui laisse craindre aux militants le scénario d'une trahison de l'idéal du mouvement au profit de choix plus politiques. Une crainte confirmée par les "marcheurs" villeurbannais : "Nous n'avons pas peur de diviser notre camp parce qu'à la différence d'autres on part pour des principes et des convictions. Pour nous, il est hors de question de laisser le mouvement se faire cannibaliser par des personnes qui ne promeuvent que leur ambition personnelle", explique l'un d’eux. Ils attendent désormais l'annonce du candidat à Villeurbanne et assurent que leur candidature "portera le programme d'Emmanuel Macron même sans l'investiture d'En Marche". "Notre équipe est nombreuse, et on peut dire que, nous, on aura choisi notre candidat de manière très démocratique par les marcheurs et marcheuses qui ont fait campagne." Le nom du candidat "dissident" aurait déjà été choisi et déposé à la préfecture du Rhône, dont le guichet est situé... 18 rue de Bonnel. Ça ne s’invente pas.

Lire aussi : Bret irrité par Collomb qui pousse Bonnell contre Najat

à lire également
Avec la loi ELAN, les personnes en situation de handicap seront-elles reléguées "au rez-de-chaussée, à côté du local poubelle" ? Contrairement à Bruno Bonnell, député LREM de Villeurbanne, le sénateur de la même circonscription Gilbert-Luc Devinaz considère que le projet de loi constitue une véritable "régression".
2 commentaires
  1. Le Petit Pop - 11 mai 2017

    Donc Najat Vallaud Belkacem présente sur Villeurbanne depuis quelques années, c'est un parachutage, Bruno Bonnel qui arrive quelques semaines avant l'élection, ça ne l'est pas?! Ah ben oui, ces Marcheurs là c'est le renouveau des pratiques...

  2. Le Petit Pop - 11 mai 2017

    Et au fait, c'est qui ces marcheurs dissidents?! Aucun nom, aucun nombre... C'est un article ou un coup tactique de Bruno Bonnel?

Les commentaires sont fermés

d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires
Faire défiler vers le haut